L’exposition : La Fontaine des Innocents. Histoire d’un chef d’œuvre parisien

Publié le 28 Juin 2024
fontaine des innocents Carnavalet

John James Chalon, Le Marché et la fontaine des Innocents, 1822 CC0 Paris Musées / Musée Carnavalet – Histoire de Paris Carnavalet.

Le musée Carnavalet propose une exposition centrée sur l’histoire de la Fontaine des Innocents, chef d’œuvre de la Renaissance installé aux Halles, et en cours de restauration. Du 24 avril au 25 août 2024.

 

La Fontaine des Innocents, magnifique monument de Paris, situé dans le quartier de Halles, est à l’honneur au musée Carnavalet. En effet, à l’occasion de la restauration de ce chef d’œuvre de la Renaissance française sculpté par Jean Goujon (1510-1567), le visiteur peut découvrir de façon inhabituelle et accessible ses reliefs déposés temporairement.

L’exposition rappelle l’histoire de cette fontaine qui connut de nombreuses transformations et déplacements. Elle permet aussi de remonter le temps grâce à un tableau (v.1570) de Jacob Grimmer (1525-1590) qui représente le cimetière et l’église des Saints-Innocents, avant la construction de cette fontaine…

Les cinq naïades au corps non académique d’une grâce inouïe, restaurées, retrouvent leur jeunesse. Ces sculptures en haut-relief évoquent l’art grec classique. Elles inspirèrent de nombreux artistes dont Jean-Auguste-Dominique Ingres (1780-1867) et sa fameuse peinture intitulée La Source. Elles retrouvent, le temps de cette exposition, les trois bas-reliefs qui ornaient autrefois le soubassement de la fontaine. Ceux-ci furent retirés pour des raisons de conservation au XIXe siècle et exposés au musée du Louvre, le débit intense de l’eau usant ces superbes œuvres. 

Mais qui était Jean Goujon, ce sculpteur remarquable de la Renaissance ? Peu d’éléments sur sa vie et sa formation nous sont parvenus. On sait qu’il était protestant et une légende prétend qu’il aurait été assassiné sur un échafaudage lors du terrible massacre de la Saint Barthélémy. Mais selon certains récits il est mort en Italie à Bologne. D’autres documents témoignent de ses interventions en l’église Saint-Maclou de Rouen en 1541. On sait aussi qu’il a réalisé en 1544, les sculptures du jubé de l’église de Saint-Germain l’Auxerrois de Paris dont le magnifique bas-relief de la Déploration du Christ donné à contempler dans le parcours.

Passionnant !

 


Jusqu’au 25 août 2024.
Musée Carnavalet, 23 rue de Sévigné, 75003 Paris. Tél. : 01 44 59 58 58.
Ouvert du mardi au dimanche de 10h à 18h. Fermé le lundi.

 

>> à lire également : Les catholiques et le sport (1/3) | Un dominicain très moderne : le père Didon et les Jeux olympiques

 

Céline Vicq

Ce contenu pourrait vous intéresser

CultureLectures

Une réédition du Triomphe pour le Prince Éric

Recension jeunesse | Les Éditions du Triomphe ont réédité les deux premiers tomes du Prince Éric cette année avec les illustrations originales. Retrouvez dans cette page culture une sélection de livres jeunesse pour l'été. Paru dans le n° 1812.

+

prince éric
CultureLettre Reconstruire

Le De Regno de saint Thomas d’Aquin

La Bibliothèque politique et sociale | Lettre Reconstruire n° 38 (juillet 2024) | L’un des ouvrages politiques de saint Thomas d’Aquin parmi les plus diffusés fut assurément le De Regno. Malgré quelques difficultés, ce traité expose des principes politiques, et, à ce titre, il reste toujours pertinent de le lire.

+

principes de politique Thomas de Reno
Culture

Le Dernier Homme : un homme nouveau

Carte Blanche de Judith Cabaud | Les livres de l’histoire contemporaine depuis l’époque de la Réforme, sont constellés d’écrits d’esprits forts qui souhaitent, par la raison humaine, un avenir sans Dieu. Des Encyclopédistes au Zarathoustra de Nietzsche, on a donc prophétisé, avec force détails, le nihilisme dans lequel nous baignons aujourd’hui et les comportements humains. Les chrétiens, qui sont les derniers hommes à suivre les pas du Christ ressuscité, seront forcément des hommes nouveaux.

+

huxley orwell homme nouveau