Toussaint (2/3) : Même les enfants peuvent être canonisés !

Publié le 01 Nov 2023
sainteté enfants

Famille Ulma ©OSV News photo/courtesy rafaelfilm

Longtemps l’Église n’a béatifié et canonisé comme confesseurs de la foi que des jeunes gens et des adultes. Il semblait difficile d’établir que des enfants avaient exercé les vertus de façon héroïque. L’affaire a commencé à évoluer à partir du XXe siècle. 

  Certes, depuis longtemps, des enfants ont été béatifiés ou canonisés comme martyrs. Un des plus jeunes a été Dominique Nisachi, un petit garçon de 2 ans qui faisait partie d’un groupe de fidèles tués au Japon par haine de la foi entre 1617 et 1632, et béatifiés comme martyrs par Pie IX en 1867. En septembre dernier, en béatifiant comme martyre une famille polonaise complète – Jozef et Wiktoria Ulma et leurs sept enfants, tués par les Allemands en 1944 pour avoir caché des Juifs –, l’Église a pour la première fois proclamé le martyre d’un nouveau-né puisque la mère, qui devait accoucher, a perdu son enfant alors qu’elle était abattue.  

Dominique Savio

Longtemps, l’Église n’a pas béatifié ou canonisé d’enfants non martyrs, car on pensait qu’il est très difficile de prouver l’héroïcité de leurs vertus. Le plus jeune saint non martyr fut Dominique Savio, le jeune disciple de don Bosco, mort en 1857 alors qu’il allait avoir 15 ans. Il fut béatifié en 1950 et canonisé en 1954. Lors de la messe de canonisation, Pie XII avait salué « Dominique Savio, fragile adolescent, au corps faible, mais à l’âme tendue dans une pure oblation de soi à l’amour surhumainement délicat et exigeant du Christ ». Et il soulignait qu’un adolescent peut s’avancer sur la voie de la sainteté : « À un âge si tendre, on s’attendrait plutôt à trouver de bonnes et aimables dispositions d’esprit ; en revanche, on découvre en lui avec stupeur les merveilleuses voies des inspirations de la grâce, une adhésion constante et sans réserve aux choses du Ciel que sa foi percevait avec une rare intensité. » (1) Néanmoins, des causes de béatification d’enfants plus jeunes sont restées bloquées pendant plusieurs décennies. Ainsi celle d’Anne de Guigné, morte en 1922 des suites d’une méningite, alors qu’elle n’avait pas encore 11 ans, et dont la cause avait été ouverte en 1935, et celle de Guy de Fontgalland, mort de diphtérie à 11 ans, en 1925, et dont la cause avait été ouverte en 1941.  

La positio d’Anne de Guigné

Les « problèmes particuliers » qui se sont posés à la cause d’Anne de Guigné ont été…

Pour continuer à lire cet article
et de nombreux autres

Abonnez-vous dès à présent

Yves Chiron

Ce contenu pourrait vous intéresser

A la uneSociétéLectures

L’inégalité, un outil de civilisation ?

Entretien | Juriste et historien, Jean-Louis Harouel s’attaque dans un livre récemment paru au mythe de l’égalité. Il postule que cette « passion laide » contemporaine, destructrice de la famille, entre autres, ne sert en rien les intérêts d’une population, en montrant que seule l’inégalité, créatrice de richesses, encourage la production et par là-même augmente le niveau de vie et conditionne le progrès moral et scientifique. Entretien avec Jean-Louis Harouel sur son livre Les Mensonges de l’égalité. Ce mal qui ronge la France et l’Occident.

+

égalité mythe
SociétéEglise de France

Pandémie : un avant-goût de la restriction des libertés fondamentales ?

Entretien | Le colloque « Pandémie, Droit et Cultes » s’est tenu à Paris en mars 2022. Ses actes rappellent qu’entre 2020 et 2022, les prérogatives de l’État ont été augmentées de manière extraordinaire au détriment des libertés essentielles, dans un renversement complet de la hiérarchie des biens. Une situation dangereuse qui pourrait bien se reproduire sous des prétextes variés. Entretien avec Guillaume Drago, co-organisateur du colloque et professeur de droit public à l’université de Paris-Panthéon-Assas.

+

pandémie liberté de culte
A la uneSociétéBioéthique

Fraternité et euthanasie : un débat sciemment faussé

Faisant droit aux revendications anciennes et répétées de certaines associations, le président Macron vient d’annoncer une loi sur l’euthanasie. Mais en usant d’un registre lexical détourné qui évoque l'« aide à mourir », l’autonomie de l’individu, les « conditions strictes » et la « fraternité »... Toutes expressions trahissent le sophisme, l’influence des officines francs-maçonnes, la solution miraculeuse aux déficits et surtout la crainte d’un vrai débat.

+

fraternité euthanasie
SociétéBioéthique

50 ans de résistance à l’avortement (3/3) : Combat contre l’avortement et transition postdémocratique

Question disputée | Combattre à temps et à contretemps en faveur de la vie humaine, de sa conception à sa mort naturelle, est une urgence née des lois mortifères mises en place par un système politique qui, loin d'être neutre, a rompu dès ses origines avec les exigences de la loi naturelle. Dès lors, n'est-il pas nécessaire de finaliser ce combat particulier en l'insérant dans une perspective plus large ?

+

AdobeStock 417378513 avortement