Saint Jean Bosco, éducateur salésien

Publié le 16 Déc 2022
saint jean bosco

Sous le patronage de saint François de Sales, saint Jean Bosco compose une pédagogie préventive, élevant l’enfant dans un cadre qui allie douceur et fermeté. L’Oratoire de Turin attira des milliers de jeunes garçons. Un succès qui permit à l’œuvre de se développer partout dans le monde et montre quels fruits il est possible de retirer de la spiritualité du saint évêque de Genève.   Évoquer la figure de don Bosco (1815-1888), c’est étudier la vie d’un prêtre exemplaire au charisme miraculeux, une figure du catholicisme social, un éducateur à la pédagogie d’une étonnante jeunesse (1). L’œuvre éducative de don Bosco eut des répercussions sociales fécondes ; mais elle fut avant tout une extraordinaire œuvre d’évangélisation dans l’Italie du Risorgimento. Œuvre sociale car, tout jeune prêtre, don Bosco fut frappé par la déchéance de la jeunesse de Turin, condamnée par le libéralisme à la misère et à la délinquance. Aumônier de prison, il put constater que malgré leur désir de se relever, ces jeunes détenus, une fois libérés, retombaient très souvent dans leurs errements. Le désordre social, engendré par la Révolution industrielle et les appétits des matérialistes, les enfermait dans le crime. Abandonnés, déchus par leur première condamnation, ils ne pouvaient se relever seuls. Il fallait donc, subito, leur fournir assistance. Privée du pain matériel, cette jeunesse était encore dépourvue du pain spirituel. Son cœur était gangrené par l’athéisme et l’immoralité – et par le socialisme, qui lui semblait pouvoir assouvir sa rage d’être exploitée et réduite à l’indigence. Don Bosco résolut d’être le sauveur de cette jeunesse malheureuse en lui montrant qu’elle était aimée de Dieu. Il ne suffisait pas de lui fournir un toit, de la nourriture ou de l’aider à trouver un employeur juste. Il fallait la catéchiser, la nourrir des sacrements, la détourner des idoles d’un monde fondé sur l’iniquité pour la mener à Dieu. Tel fut le projet de don Bosco : « faire de bons chrétiens et d’honnêtes citoyens ». Cette œuvre prit modestement corps lors de sa rencontre avec un garçon de 16 ans, Barthélemy Garelli, le 8 décembre 1841. Alors que cet adolescent aux allures de voyou était chassé par le sacristain de son église, don Bosco l’accueillit comme un ami et l’invita à suivre la messe. Sa cordialité, sa douceur et son humour touchèrent le cœur du garçon qui promit de revenir avec ses amis. L’asile destiné à recueillir cette jeunesse…

Pour continuer à lire cet article
et de nombreux autres

Abonnez-vous dès à présent

Guillaume Bergerot, maître de conférences en Histoire du droit (UCO)

Ce contenu pourrait vous intéresser

A la uneChroniquesSociété

D’où vient l’autorité que l’on invoque aujourd’hui ?

C'est logique de François-marie Portes | Réagissant à une série de violences graves caractéristiques de la société française contemporaine, Gabriel Attal tentait récemment, sous l’œil des caméras, de démontrer son autorité devant des jeunes promis à un séjour en internat. Un exercice qui n’a pas enté couronné de succès. La notion claire de ce qu’est l’autorité permet de comprendre pourquoi. 

+

autorité auctoritas
Société

Les Maisons d’Alliance, des béguinages modernes

Initiative chrétienne | Au moment où le projet de loi sur la fin de vie promet de renvoyer les personnes âgées à leur poids financier sur la société, avec la possibilité de les euthanasier, des initiatives se développent pour leur permettre d’avancer sereinement vers la mort en restant autonomes aussi longtemps que possible, reliées aux autres et soutenues spirituellement. Entretien avec Frédéric Zack, directeur général de l’association « Maisons d'Alliance ».

+

maisons d'alliance
SociétéBioéthique

« La loi sur la fin de vie ne fait qu’aggraver le sentiment de culpabilité de certains handicapés. »

Entretien | La proposition de loi sur la fin de vie ayant été adoptée par les députés jeudi 16 mai, elle sera débattue au Sénat à partir du 26. Afin d'alerter sur les enjeux et conséquences de cette loi, l'Office Chrétien des personnes Handicapées (OCH) a publié lundi 13 mai, un communiqué intitulé « Fin de vie : Et les plus fragiles dans tout ça ? » et signé par une quinzaine d'associations et d'organismes du domaine de la santé engagés pour la vie des plus fragiles. Emmanuel Belluteau, président de l'OCH, nous éclaire sur les raisons de cette tribune et les enjeux de la proposition de loi.

+

old patient suffering from parkinson fin de vie
SociétéBioéthique

L’IA générative : rivale ou alliée de l’homme ?

Entretien | Devant les progrès fulgurants de l’intelligence artificielle (IA), la question qui vient d’abord à l’esprit est celle de sa capacité à remplacer l’être humain. Mais au-delà des performances de plus en plus sidérantes des machines, la question reste celle de leur utilisation vertueuse et surtout de la puissance unique de l’intelligence humaine, seule ordonnée à la vérité. Analyse du Doyen de l’IPC, Emmanuel Brochier.

+

IA intelligence artificielle
SociétéLectures

Faire grandir les enfants avec Honoré, l’écureuil et Marceline, l’hirondelle

Recension jeunesse | La rédaction de L’Homme Nouveau vous propose une page recension de lectures jeunesse pour ce mois de mai, avec un choix éclairé de quelques histoires à lire ou faire lire, et autres activités. Avec les albums Honoré, l’écureuil qui refusait d’aider et Marceline, l’hirondelle qui voulait faire confiance, les enfants retiendront une belle leçon de vie à la lumière de l’Évangile. Paru dans le n°1807.

+

enfant lecture