Pas un Français !

Publié le 21 Oct 2010

C’est le constat généralisé de la presse française dans son ensemble, du Figaro à Golias. Le Pape Benoît XVI ne créera pas de cardinaux français lors du prochain consistoire qui aura lieu le 20 novembre.

Faut-il s’en réjouir ou s’en offusquer ? Les raisons de cette absence n’appartiennent qu’au Pape. Reste que l’état de l’Église de France, et surtout sa lenteur à entrer dans le mouvement de renaissance lancé par Benoît XVI, n’invite certainement pas à l’honorer. Certains évêques, pourtant, travaillent en profondeur, avec un sens missionnaire évident, plantant les graines pour que d’autres récoltent plus tard les fruits. Mais, dans l’ensemble, il faut convenir que nous sommes tous encore englués dans les problématiques des années soixante-dix dont nous ne sortons décidément pas.

L’absence de Français dans la liste de nouveaux cardinaux ne doit cependant pas nous interdire de nous réjouir. L’une des réussites du catholicisme est bien d’arriver à dépasser la tension entre l’universel et le particulier, vieille question métaphysique s’il en est, en n’écrasant ni l’un ni l’autre au seul profit de l’une de nos inspirations. Comme catholiques français nous communions à l’Église universelle et nous ne pouvons que saluer (et féliciter) certains des nouveaux cardinaux.

Je pense notamment à Mgr Raymond Burke, préfet du Tribunal suprême de la Signature apostolique et à Mgr Albert Malcom Ranjith, archevêque de Colombo (Sri-Lanka) que nous avons rencontrés à Rome et qui nous ont souvent encouragé. Hommes de conviction, ils appliquent à Rome ou dans leur diocèse les grands axes définis par Benoît XVI. Ils n’hésitent pas à se confronter au monde. Ils ne s’enlisent pas dans des combats d’arrière-garde, mais avancent avec l’assurance de ceux qui sont conduits par le Christ. Leur détermination est connue, voire légendaire. De tels hommes sont l’honneur de l’Église qui démontre une fois encore qu’elle ne se réduit pas aux frontières de sa Fille aînée. Puisse celle-ci s’en inspirer.

Ce contenu pourrait vous intéresser

A la uneEgliseSpiritualité

Lourdes : se plonger dans l’eau vivifiante

Les piscines de Lourdes, dont l'accès avait été interdit au temps du COVID, vont enfin ré-ouvrir, après que les autorités du sanctuaire en ont profité pour en rénover l'accès et l'utilisation. Voilà qui offre l'occasion d'inviter les pèlerins à entrer dans une riche symbolique qui s'inscrit dans la révélation biblique et le quotidien de la vie chrétienne.

+

lourdes eau
ChroniquesEgliseLiturgie

Célébrations pascales

L'esprit de la liturgie | Au commencement de ce temps pascal, l’Église célèbre la Résurrection de son Seigneur huit jours durant : c’est l’octave de Pâques. Les jours consacrés à la commémoration de la Résurrection sont remplis de coutumes et de célébrations, passées et actuelles, évoquant la blancheur des âmes des baptisé, le lait et le miel de la Terre promise, la foi de Thomas et, depuis l’an 2000, la miséricorde du Seigneur envers les pécheurs.

+

célébrations pascales thomas
EgliseEglise de France

Notre-Dame de Boulogne, bientôt basilique ?

Une église qui va devenir une basilique ! Le 22 mars dernier, la conférence des évêques de France a changé l’histoire fabuleuse de Notre-Dame de Boulogne-Billancourt, en donnant son accord à Mgr Rougé pour engager les démarches auprès du Dicastère pour le culte divin et la discipline des sacrements afin de conférer le titre de basilique mineure à l’église Notre-Dame-de-Boulogne.

+

Boulogne