Peut-on vivre sans tendresse ?

Publié le 17 Déc 2022
tendresse

Tonalité de l’affection que l’on porte aux êtres aimés, la tendresse est-elle superflue, ou simplement facultative ? À l’âge des grands-parents, plus libres de leur temps, moins absorbés par les tâches essentielles des parents, elle prend au contraire une place prépondérante et devrait en fait imprégner toutes les relations familiales et amicales.   Dans une retraite, le prédicateur nous racontait qu’après la Résurrection, au bord du lac où Jésus apparut à ses apôtres, il les accueillit avec des poissons grillés et un rayon de miel ! C’est apocryphe probablement ; mais cela démontre bien la tendresse que Jésus avait pour ses apôtres. Il les consolait de leur peine et leur manifestait son affection. La tendresse est en effet l’un des meilleurs sentiments pour marquer son affection à l’autre : « il est précieux pour moi, il est important pour moi ». Le grand-père et la grand-mère découvrent la nécessité de cette tendresse vis-à-vis de leurs petits-enfants. Non pas qu’ils aient manqué de cette tendresse et qu’elle ait fait défaut dans leur cœur quand ils étaient parents. Toutefois, à leur âge, c’est vraiment le moyen privilégié, c’est vraiment le moment privilégié, auprès des petits-enfants, voire même de leurs enfants devenus grands, de découvrir ou d’approfondir comment montrer leur affection. Dans l’amour, la tendresse est un sentiment très fort. Nous avons la chance d’avoir une très belle chanson, interprétée d’abord par Bourvil puis ensuite par Marie Laforêt, qui ne se chante pas comme une rengaine mais qui se chante en mettant le sens dans les mots : « On peut vivre sans richesses, Presque sans le sou… Mais vivre sans tendresse, On ne le pourrait pas, Non, non, non, non, On ne le pourrait pas. On peut vivre sans la gloire, Qui ne prouve rien, Être inconnu dans l’histoire et s’en trouver bien. Mais vivre sans tendresse, Il n’en est pas question, Non, non, non… » Il en est qui n’ont pas eu la chance ou qui n’ont pas eu l’opportunité de développer la tendresse et de la pratiquer, il en est même qui ont pensé que c’est une faiblesse que d’avoir un cœur tendre et de manifester cette tendresse vis-à-vis des autres, voilà un manque qui déshumanise quelque peu. Il ne s’agit pas du tout de ce comportement grégaire, de cette forme de « asinus asinum fricat » (1), courant où la tendresse ou ce qu’il en reste, devient un style…

Pour continuer à lire cet article
et de nombreux autres

Abonnez-vous dès à présent

Marc et Maryvonne Pierre

Ce contenu pourrait vous intéresser

SociétéEglise de France

Pandémie : un avant-goût de la restriction des libertés fondamentales ?

Entretien | Le colloque « Pandémie, Droit et Cultes » s’est tenu à Paris en mars 2022. Ses actes rappellent qu’entre 2020 et 2022, les prérogatives de l’État ont été augmentées de manière extraordinaire au détriment des libertés essentielles, dans un renversement complet de la hiérarchie des biens. Une situation dangereuse qui pourrait bien se reproduire sous des prétextes variés. Entretien avec Guillaume Drago, co-organisateur du colloque et professeur de droit public à l’université de Paris-Panthéon-Assas.

+

pandémie liberté de culte
A la uneSociétéBioéthique

Fraternité et euthanasie : un débat sciemment faussé

Faisant droit aux revendications anciennes et répétées de certaines associations, le président Macron vient d’annoncer une loi sur l’euthanasie. Mais en usant d’un registre lexical détourné qui évoque l'« aide à mourir », l’autonomie de l’individu, les « conditions strictes » et la « fraternité »... Toutes expressions trahissent le sophisme, l’influence des officines francs-maçonnes, la solution miraculeuse aux déficits et surtout la crainte d’un vrai débat.

+

fraternité euthanasie
A la uneSociétéBioéthique

50 ans de résistance à l’avortement (3/3) : Combat contre l’avortement et transition postdémocratique

Question disputée | Combattre à temps et à contretemps en faveur de la vie humaine, de sa conception à sa mort naturelle, est une urgence née des lois mortifères mises en place par un système politique qui, loin d'être neutre, a rompu dès ses origines avec les exigences de la loi naturelle. Dès lors, n'est-il pas nécessaire de finaliser ce combat particulier en l'insérant dans une perspective plus large ?

+

AdobeStock 417378513 avortement
SociétéLectures

Faire durer son mariage, un état d’esprit

Entretien | Ancien officier devenu psychologue clinicien, Marc d’Anselme milite pour l’amour durable, titre de son livre. Sa perspective originale consiste à voir le mariage comme une mise à l’épreuve des conjoints pour une restauration de leur personnalité, à travers quatre processus psychiques. Un chemin qui fait écho à la vision chrétienne du mariage comme voie de sainteté.

+

mariage