Première contribution du père Yannik Bonnet à l’Homme Nouveau

Publié le 19 Mar 2018
Première contribution du père Yannik Bonnet à l'Homme Nouveau L'Homme Nouveau

Suite à la triste annonce du décès du père Yannik Bonnet, l’Homme Nouveau vous propose de (re)lire la première chronique que ce prêtre ait écrite dans nos colonnes. C’était dans notre numéro 1338 du 16 janvier 2005. 

Comment motiver mes ados ?

Mes grands adolescents ne veulent plus aller à la messe du dimanche. Comment les convaincre de venir avec nous ? 

 Cette question se pose à de nombreux parents et les caractéristiques de la société dans laquelle nous vivons, nous obligent à une réflexion de fond sur ce qu’elle signifie. À l’adolescence, il est normal que nos jeunes perçoivent, qu’étant en train de devenir adultes, il va leur falloir se réapproprier ou au contraire rejeter ce qui leur a été transmis. 

Il faut donc les aider à faire ce travail dans le calme et non dans l’émotion, de façon à ce qu’ils n’aient pas un jour à regretter d’avoir rejeté inconsidérément un héritage précieux. Il est clair que cela demande aux parents un détachement de tout amour-propre, l’acceptation du fait qu’ils ne sont pas propriétaires de leurs enfants, que ceux-ci sont des personnes à part entière, douées de libre arbitre, à la veille de construire leur existence de façon autonome. 

À la veille, mais à la veille seulement ! Tant qu’ils ne pourvoient pas à leurs besoins, tant qu’ils dépendent de la cellule familiale, ils doivent suivre des règles du jeu sociales et respecter la légitime autorité de ceux qui travaillent pour leur assurer gîte, couvert, études, vacances, loisirs, etc. 

Dernier aspect de la question, la démarche d’aller à la messe se pose en termes religieux. Or religion veut dire relation à Dieu et, pour nous catholiques, il devrait être clair que Dieu veut justement être reconnu par la société humaine tout entière, tout en cherchant inlassablement à avoir avec chacune des personnes humaines une relation d’amour, unique, incommunicable et, pour tout dire,… personnelle. 

Nous pouvons maintenant reprendre la question posée et tenter une réponse de ce type : 

« Cher ado, la relation personnelle de chacun avec Dieu exige un usage du libre arbitre et Dieu lui-même ne peut t’obliger à l’aimer puisque ce lien imposé ne pourrait être qualifié d’amour. A fortiori, nous, tes parents, ne pouvons en rien essayer de te contraindre dans cette relation personnelle. 

En revanche, tu peux constater autour de toi que le bon usage du libre arbitre n’est pas toujours une règle universelle. Personne n’oblige quelqu’un à se droguer ou à boire mais quand on est devenu dépendant de la drogue ou de l’alcool on est bel et bien devenu esclave, on a perdu sa liberté. En tant que parents, tant que tu dépends de nous, il est de notre devoir d’éclairer ton intelligence pour t’aider à discerner le vrai du faux, le bien du mal, le beau du laid. La question de la relation à Dieu fait partie des questions incontournables de l’humanité et le Dieu qui s’est révélé aux hommes, en prenant leur condition et en mourant sur une croix, est le seul à répondre aux questions légitimes de ceux-ci, concernant le mal, la mort et l’après la mort. Nous ne pouvons te contraindre à choisir l’amour de Dieu, mais sache que la croix du Christ indique bien qu’il s’agit d’un enjeu… crucial, celui de la vie éternelle avec ou sans Lui. 

Reste maintenant que tu as le devoir de respecter la cellule familiale, cellule de société dont les responsables, nous les parents, assurons l’existence. Or ces responsables ont décidé que la famille, en tant que cellule de vie sociale, rendrait le dimanche un culte social au Créateur de toute chose et de tout être. En conséquence, jusqu’à ce que tu assures toi-même tes propres conditions de vie et que tu crées ta propre cellule de société, tu suivras les règles de notre famille et tu viendras à la messe du dimanche, ce qui ne te contraint pas à une relation personnelle d’amour avec Dieu. » 

Retrouvez ici la dernière chronique du père Yannik Bonnet. 

Ce contenu pourrait vous intéresser

SociétéLectures

La merveilleuse histoire de La Petite Veilleuse de Jésus

Recension jeunesse | Dans cette page culture, nous vous proposons des livres pour les enfants, notamment la merveilleuse histoire de La Petite Veilleuse de Jésus, racontée par Marija Krebeljainsi et illustrée par Clémence d’Ogny, ainsi que des boites de cartes pour se familiariser avec l'Écriture sainte. Paru dans le n° 1810.

+

enfant histoires
Eglise

Mobilisation à Quimper : les fidèles attendent que la porte de l’évêque s’ouvre

Ce dimanche 16 juin, 350 catholiques fidèles au rite tridentin ont manifesté dans les rues de Quimper. Arborant des drapeaux bretons, des bannières, et entonnant des cantiques traditionnels accompagnés de sonneurs, ils se sont rassemblés à 15 h sur le parvis de la cathédrale Saint-Corentin. Cette manifestation visait à protester contre les décisions de Monseigneur Dognin, évêque de Quimper et Léon, prises le 19 mai, qui affectent les fidèles du diocèse attachés à la liturgie traditionnelle, notamment l'expulsion des prêtres de la Fraternité Sacerdotale Saint-Pierre. 

+

Capture decran 2024 06 17 153242 quimper
EglisePhilosophie

La vérité des paraboles ?

C'est logique ! de Bruno Couillaud | Nos politiques, journalistes et maîtres à penser du moment maîtrisent l’art de la communication, bien souvent pour répandre une idéologie ou travestir la vérité. Le Christ, lui, usait de courtes histoires, paraboles simples et tirées de la vie quotidienne pour que ses auditeurs se rapprochent du Royaume des Cieux. Mais pour quelles raisons ?

+

paraboles