Les grâces de Noël 2/2: Le retour à la foi de Louis Bertrand (1866-1941), une nuit de Noël 1906 à Bethléem

Publié le 22 Déc 2022
Louis Bertrand

Passé d’un scepticisme bien de son époque à la foi retrouvée, Louis Bertrand eut lui aussi une grâce d’illumination le soir de la Nativité. Mais celle-ci arrivait après des années d’évolution politique, de recherches intellectuelles, une retraite spirituelle au désert et enfin l’abandon et la confiance en Dieu.  

Qui est Louis Bertrand ?

Né en Lorraine en 1866 dans une famille catholique, l’écrivain et académicien Louis Bertrand appartient à la génération des intellectuels qui marquèrent le début du XXe siècle, et à la catégorie plus particulière de ceux qui retournèrent à la « religion », à l’instar de Paul Claudel, de Charles de Foucauld, de Charles Péguy, de Jacques Maritain et tant d’autres. Élevé dans la tradition catholique, il prit néanmoins ses distances, séduit par le scientisme déterministe qu’il découvrit lors de ses études. L’École normale supérieure lui ouvrit la carrière de l’enseignement qu’il embrassa à défaut de pouvoir vivre de sa plume. Il partit enseigner à Alger dix années durant, et c’est sur cette terre d’islam qu’il réalisa « l’importance de la religion dans le monde oriental » (1).

Une carrière d’écrivain

En 1901, encouragé par ses premiers succès littéraires, Louis Bertrand délaissa la carrière de professeur pour se consacrer à l’écriture. Auteur prolifique, il signa également de nombreux articles de journaux et revues, dont la fameuse Revue des Deux Mondes pour laquelle il entama une enquête en Orient en 1906. C’est à cette occasion qu’il découvrit que « la religion est l’âme des nationalités » (2), ce qui suscita chez lui une réflexion politique avant qu’elle ne devienne plus spirituelle. Un temps attiré par le dreyfusisme, et sur le point de devenir socialiste comme il le confessera plus tard, Louis Bertrand revint à la religion par le cheminement intellectuel et politique. Il effectua une sorte de double conversion, convaincu que les lois contre les congrégations, puis la séparation des Églises et de l’État étaient une marche en avant vers le déclin. Devenu compagnon de route de l’Action française, ce sont les idées monarchistes qui le menèrent à la foi. Pour lui comme pour d’autres intellectuels, « la conversion est donc un aboutissement, l’accomplissement d’un raisonnement politique qui cherche à donner des bases morales à un désir d’ordre » (3). Après sa conversion à 40 ans, Louis Bertrand usa de sa notoriété pour se faire le porte-voix du catholicisme et du monarchisme. Son tempérament intransigeant, renforcé par ses nouvelles convictions politico-religieuses, (« convictions idéologiques furieuses » [4] selon…

Pour continuer à lire cet article
et de nombreux autres

Abonnez-vous dès à présent

Claire-Marie Miailhes

Ce contenu pourrait vous intéresser

ChroniquesEgliseLiturgie

La Pause liturgique : Sanctus 5, Messe Magnæ Deus potentiæ (Mémoires des Saints)

Ce Sanctus du 4e mode a quelque chose de mystique et de majestueux, dans sa simplicité. Il alterne heureusement les formules neumatiques et les passages syllabiques, les progressions par degrés conjoints et les intervalles de tierce, de quarte ou même de quinte, les élans vers l’aigu et les détentes vers le grave. Ce Sanctus a la particularité de n’être représenté que par une seule source manuscrite, allemande, datée de la toute fin du XIIe siècle.

+

sanctus
A la uneEgliseLiturgie

Confirmation : La chrismation chez les Orientaux (3/3)

Dossier : « Quelle place faut-il donner à la confirmation ? » 3/3 | Le sacrement de confirmation est conféré d’une façon bien différente dans les rites orientaux où il est n’est pas séparé du baptême. La cérémonie, proche de ce qui se faisait en Occident aux premiers siècles, revêt donc une forme spécifique et est accompagnée de prières faisant abondamment référence au baptême du Christ.

+

chrismation confirmation
A la uneEgliseMagistère

Valeur et âge de la confirmation, des pratiques à mettre en question (1/3)

Dossier « Quelle place faut-il donner à la confirmation ? » 1/3 | Auteur de "La Confirmation à sa juste place" (Artège), l’abbé François Dedieu estime qu’il est nécessaire de revenir à la pratique ancienne de conférer ce sacrement avant la première communion. Il détaille ici les raisons et les objectifs de cette pratique, déjà mise en œuvre dans sa paroisse. Entretien avec l’abbé François Dedieu, curé de la paroisse Saint-Urbain-Sainte-Marie (La Garenne-Colombes). 

+

La confirmation à sa juste place