Sainte Thérèse et la vie sacerdotale

Publié le 02 Jan 2023

 Depuis son couvent et malgré sa courte vie, sainte Thérèse de Lisieux aura été pour les prêtres une auxiliaire d’une force incomparable, ayant saisi que de sa faiblesse offerte pouvaient sortir toutes les grâces nécessaires à l’apostolat des missionnaires, au soutien des médiocres ou au rachat des prêtres déchus.  

En dépit des attaques qui accablent aujourd’hui le sacerdoce catholique, en raison des scandales causés par une minorité de ministres ayant trahi la plus belle des vocations, nous devons continuer à défendre la place centrale qui lui est attribuée dans la vie de l’Église. Consciente de la grandeur de la vie sacerdotale, sainte Thérèse de Lisieux, au cours de son pèlerinage à Rome, en 1887, comprit l’importance de prier pour les prêtres : « Pendant un mois j’ai vécu avec beaucoup de saints prêtres et j’ai vu que, si leur sublime dignité les élève au-dessus des anges, ils n’en sont pas moins des hommes faibles et fragiles […] » (1). La sainteté sacerdotale exige un combat de tous les jours et la prière des fidèles et des âmes consacrées doit soutenir, plus que jamais à notre époque, cette lutte spirituelle. La grande carmélite normande a même donné sa vie dans ce but si édifiant : « Je suis venue pour sauver les âmes et surtout afin de prier pour les prêtres » (2).

« Faire des prêtres » : le soutien spirituel du sacerdoce

Entrée au carmel de Lisieux, Thérèse fut appelée par le Seigneur à devenir « l’apôtre des apôtres » (3). C’est un lien spirituel très fort qu’elle expérimenta à l’égard des âmes sacerdotales : « [Jésus] m’a unie par les liens de l’âme à deux de ses apôtres, qui sont devenus mes frères […] » (4). Les missionnaires, en ce florissant XIXe siècle, furent les premiers concernés par ce contact spirituel, car ils avaient la lourde tâche, au péril de leur vie, de faire connaître le bon Dieu aux peuples de contrées éloignées du monde chrétien d’alors. En 1889, dans une lettre à sa sœur Céline, elle écrivait : « Céline, il faut qu’en cette année nous fassions beaucoup de prêtres qui sachent aimer Jésus. » (5) « Faire un prêtre », pour notre sainte, c’était le rendre conforme à sa mission, en priant pour que tout son être soit identifié à l’être sacerdotal de Jésus-Christ, éternel et souverain Prêtre. Par la prière et le sacrifice, Thérèse était persuadée qu’elle pouvait aider ses prêtres dans leur difficile mission. Elle était persuadée qu’au Ciel son offrande serait…

Pour continuer à lire cet article
et de nombreux autres

Abonnez-vous dès à présent

Armand Dumesniel

Ce contenu pourrait vous intéresser

A la uneEgliseSpiritualité

Lourdes : se plonger dans l’eau vivifiante

Les piscines de Lourdes, dont l'accès avait été interdit au temps du COVID, vont enfin ré-ouvrir, après que les autorités du sanctuaire en ont profité pour en rénover l'accès et l'utilisation. Voilà qui offre l'occasion d'inviter les pèlerins à entrer dans une riche symbolique qui s'inscrit dans la révélation biblique et le quotidien de la vie chrétienne.

+

lourdes eau
ChroniquesEgliseLiturgie

Célébrations pascales

L'esprit de la liturgie | Au commencement de ce temps pascal, l’Église célèbre la Résurrection de son Seigneur huit jours durant : c’est l’octave de Pâques. Les jours consacrés à la commémoration de la Résurrection sont remplis de coutumes et de célébrations, passées et actuelles, évoquant la blancheur des âmes des baptisé, le lait et le miel de la Terre promise, la foi de Thomas et, depuis l’an 2000, la miséricorde du Seigneur envers les pécheurs.

+

célébrations pascales thomas
EgliseEglise de France

Notre-Dame de Boulogne, bientôt basilique ?

Une église qui va devenir une basilique ! Le 22 mars dernier, la conférence des évêques de France a changé l’histoire fabuleuse de Notre-Dame de Boulogne-Billancourt, en donnant son accord à Mgr Rougé pour engager les démarches auprès du Dicastère pour le culte divin et la discipline des sacrements afin de conférer le titre de basilique mineure à l’église Notre-Dame-de-Boulogne.

+

Boulogne