Sant’Egidio sur le front de la paix

Publié le 16 Nov 2022
andrea riccardi

Le 23 octobre dernier, Emmanuel Macron a prononcé un discours à l’ouverture du congrès « Le cri de la paix », organisé par la communauté Sant’Egidio à Rome. Cette fondation est aujourd’hui surnommée « la petite Onu du Trastevere » pour ses médiations diplomatiques depuis les années quatre-vingt.   Fondée en février 1968 par Andrea Riccardi, la communauté Sant’Egidio a aujourd’hui dépassé sa première vocation d’œuvre sociale pour devenir un organe diplomatique à part entière. À quelques minutes du Saint-Siège, dans le quartier du Trastevere, des lycéens commencent à se rassembler, à l’issue du concile Vatican II, pour venir en aide aux défavorisés. Ils mettent alors en place des distributions de repas, des cours d’alphabétisation et un service d’hébergement pour les sans-abris. Le mouvement prendra le nom de l’église dans laquelle ils se retrouvent pour prier, dédiée à saint Gilles (Egidio en italien). Ce n’est donc pas simplement un mouvement social, mais bien une œuvre laïque chrétienne où la prière a une place centrale. Les trois piliers de leur action sont la prière, les pauvres et la paix. Ce mouvement d’Église a développé une spiritualité qui s’inscrit dans l’esprit des rencontres interreligieuses initiées par Jean-Paul II en octobre 1986. Un œcuménisme promu par les organisateurs : « Continuons à diffuser le message de paix et à vivre l’esprit d’Assise. » Leurs congrès annuels accueillent des responsables politiques mais aussi les représentants des principales religions, comme en octobre dernier à Rome : le cardinal Jean-Marc Aveline et Mgr Laurent Ulrich sont reçus au côté de Riccardo Di Segni, grand rabbin de Rome, Abdelsalam Abdellatif Mohamed, secrétaire général du Haut Comité pour la Fraternité humaine, Mgr Emmanuel, métropolite orthodoxe du Patriarcat œcuménique de Constantinople. Mgr Schneider, lors de la visite du Pape au Kazakhstan en septembre dernier, s’était inquiété des écueils possibles de ce type d’événement car « cette manière de faire ces rencontres interreligieuses a un prix : la relativisation de la seule vraie religion, qui est la religion catholique ». Une activité diplomatique s’est développée progressivement au sein de l’organisation. Ses membres considèrent la guerre comme « mère de toutes les pauvretés » et servent donc la paix « en la protégeant là où elle est menacée, en aidant à la reconstruire, en facilitant le dialogue là où il s’est arrêté ». Une activité internationale remarquée pour la première fois en 1980, lors de leur intervention au Liban en…

Pour continuer à lire cet article
et de nombreux autres

Abonnez-vous dès à présent

Maitena Urbistondoy

Ce contenu pourrait vous intéresser

A la uneEglise

Communautés : oasis ou citadelles ?

L'Essentiel de Joël Hautebert | Tendance de fond ces dernières années, la société paraissant malade ou repoussante à beaucoup, le communautarisme de tout poil prospère. La parution d’un ouvrage de l’abbé Raffray, qui se veut une réponse aux inquiétudes contemporaines, est l'occasion de faire le point sur ce qui pourrait sembler bien tentant à des chrétiens dégoûtés par le monde dans lequel ils vivent et soucieux de se rassembler pour se garder des maladies de l’âme qu’il véhicule.

+

communauté oasis
EgliseLiturgie

La Pause liturgique : Gloria 6, Rex Génitor, (Mémoires des Saints)

Ce Glória est daté du Xe siècle, et il est utilisé, comme le précédent, pour les fêtes des Saints. Les sources manuscrites de ce Glória, assez peu nombreuses, sont toutes françaises, ce qui semble indiquer son lieu d’origine et de composition. Il emprunte sa mélodie au 8e mode, mais il est tout différent du précédent : tandis que le Glória 5 s’envole à chaque verset vers les hauteurs de la quinte du mode authente, celui-ci se cantonne pour l’essentiel à l’intérieur d’une tierce très modeste, Sol-Si. Bien sûr, il se déploie à l’aigu de temps en temps, mais il est beaucoup plus horizontal que son voisin.

+

gloria grégorien
Eglise

La réparation comme démarche spirituelle

Commentaire du Pape | À l'occasion du 350e anniversaire des apparitions du Sacré Cœur de Paray-le-Monial, le Pape a prononcé quelques mots lors du colloque « Réparer l’irréparable », organisé le 4 mai dernier au Vatican. 

+

réparation France sacré cœur roi