Un nouveau Tribunal pénal canonique national pour de meilleurs jugements ?

Publié le 23 Jan 2023

Voté en mars 2021 par la Conférence des évêques de France (CEF), installé depuis décembre 2022, le Tribunal pénal canonique national marque une évolution importante pour le jugement de certaines affaires dans l’Église de France. Quelles sont ses compétences, comment fonctionne-t-il, qu’est-il censé apporter ? Les explications d’un canoniste avec le père Réginald-Marie Rivoire, o.p., fsvf.   Un nouveau Tribunal pénal canonique national (TPCN) pour l’Église de France entre en fonction à partir de ce mois de janvier. Que représente cette nouvelle structure ? Tout d’abord, il ne s’agit pas d’une révolution. C’est l’extension au niveau national et pour les seules causes pénales de ce qui existait déjà au niveau des provinces ecclésiastiques. Les tribunaux interdiocésains continueront d’ailleurs à juger des causes contentieuses (principalement les causes de nullité de mariage). C’est le manque de personnel qualifié dans les officialités, et aussi, il faut bien le dire, le désintérêt des évêques pour leur fonction judiciaire et pour le droit canonique en général, qui justifie ces regroupements. Il s’agit de mutualiser les moyens humains et matériels. Étant donné la diminution des vocations sacerdotales, mais aussi la diminution du nombre des chrétiens tout court, ces regroupements de tribunaux paraissent inévitables et devront s’étendre tôt ou tard aux curies diocésaines (chancelleries) et aux diocèses eux-mêmes. Il faut s’attendre en France dans les prochaines années à la réunion de diocèses, comme cela s’accomplit déjà dans d’autres pays européens. Cette centralisation judiciaire ne s’oppose-t-elle pas à la pleine autorité que les évêques ont dans leurs diocèses ? À partir du moment où est constitué le tribunal national, comme pour le tribunal provincial, c’est à l’évêque modérateur (en l’occurrence, selon les statuts, le président de la CEF) que reviennent les pouvoirs que le droit attribue à chaque évêque diocésain sur son tribunal. Il y a donc bien un certain dessaisissement par chaque évêque de sa fonction judiciaire, même si, théoriquement, l’évêque, en tant que juge en son diocèse, pourrait toujours se réserver une cause. La création de ce TPCN, juridiction qui disposera de fait d’une grande autonomie, devrait donc favoriser une plus grande indépendance des juges vis-à-vis des ordinaires (ce qui est l’un des buts recherchés), mais cela se fera nécessairement au prix d’un effacement de la fonction judiciaire de l’évêque diocésain et d’un éloignement de celui-ci d’avec son tribunal.   Par ailleurs, le fait que le modérateur du tribunal national soit le…

Pour continuer à lire cet article
et de nombreux autres

Abonnez-vous dès à présent

Maitena Urbistondoy

Maitena Urbistondoy

Ce contenu pourrait vous intéresser

A la uneCultureEglise de France

Mgr Chappoulie, évêque d’Angers

Carte blanche d'Yves Chiron | La nouvelle biographie Mgr Chappoulie, de Vichy à l’épiscopat d’Angers écrite par l'abbé Serge-Daniel Ekani est parue fin 2023 aux éditions de L'Harmattan. Elle décrit la vie de celui qui fut le lien entre l'Église et l'État français entre 1940 et 1944, et qui œuvra longtemps dans les organismes missionnaires.

+

Mgr Chappoulie
A la uneEgliseSpiritualité

Lourdes : se plonger dans l’eau vivifiante

Les piscines de Lourdes, dont l'accès avait été interdit au temps du COVID, vont enfin ré-ouvrir, après que les autorités du sanctuaire en ont profité pour en rénover l'accès et l'utilisation. Voilà qui offre l'occasion d'inviter les pèlerins à entrer dans une riche symbolique qui s'inscrit dans la révélation biblique et le quotidien de la vie chrétienne.

+

lourdes eau
SociétéEglise de France

Pandémie : un avant-goût de la restriction des libertés fondamentales ?

Entretien | Le colloque « Pandémie, Droit et Cultes » s’est tenu à Paris en mars 2022. Ses actes rappellent qu’entre 2020 et 2022, les prérogatives de l’État ont été augmentées de manière extraordinaire au détriment des libertés essentielles, dans un renversement complet de la hiérarchie des biens. Une situation dangereuse qui pourrait bien se reproduire sous des prétextes variés. Entretien avec Guillaume Drago, co-organisateur du colloque et professeur de droit public à l’université de Paris-Panthéon-Assas.

+

pandémie liberté de culte
ChroniquesEgliseLiturgie

Célébrations pascales

L'esprit de la liturgie | Au commencement de ce temps pascal, l’Église célèbre la Résurrection de son Seigneur huit jours durant : c’est l’octave de Pâques. Les jours consacrés à la commémoration de la Résurrection sont remplis de coutumes et de célébrations, passées et actuelles, évoquant la blancheur des âmes des baptisé, le lait et le miel de la Terre promise, la foi de Thomas et, depuis l’an 2000, la miséricorde du Seigneur envers les pécheurs.

+

célébrations pascales thomas