Vincent Lambert et le système de liquidation humaine

Publié le 12 Juil 2019
Vincent Lambert et le système de liquidation humaine L'Homme Nouveau

Vincent Lambert est mort.

La décision d’arrêter l’hydratation et l’alimentation à l’encontre d’un homme, qui n’était ni en fin de vie, ni souffrant, résulte d’une décision de la plus haute juridiction civile, saisie par le ministre des solidarités et de la santé. La mise à mort d’un innocent a donc été voulue et légitimée par le droit positif français à l’initiative des plus hautes institutions publiques. 

Comme l’observe très justement Jean-Marie Le Méné, dans un Valeurs actuelles« faire respecter la vie des personnes fragiles devient une exception au droit de les faire mourir qui devient la règle ». Le président de la Fondation Lejeune voit juste :

« Pour l’Etat, tuer Vincent Lambert était un devoir ». Ce titre nous rappelle la formule lapidaire de Rousseau, selon lequel « la vie est un don conditionnel de l’Etat ».

Dans le contexte actuel, on perçoit mieux le sens profond des directives anticipées : Il ne s’agit pas de dire si l’on veut mourir, mais de dire si l’on veut vivre pour échapper au sort commun, celui de la liquidation. Pour échapper à ce sortfuneste, il faut le faire savoir. Les circonstances de la mort de Vincent Lambert confirme une hypothèse qui prend jour après jour plus de corps : Nous vivons dans un système de liquidation humaine, dont le nombre de victimes innocentes s’accroit année après année. Ce système mortifère, légal et institutionnalisé, a sans cesse besoin de nouvelles victimes. C’est sa raison d’être et la source à peine voilée de la légitimité politique.

Ce contenu pourrait vous intéresser

A la uneSociétéBioéthique

« La loi sur la fin de vie ne fait qu’aggraver le sentiment de culpabilité de certains handicapés. »

Entretien | La proposition de loi sur la fin de vie ayant été adoptée par les députés jeudi 16 mai, elle sera débattue au Sénat à partir du 26. Afin d'alerter sur les enjeux et conséquences de cette loi, l'Office Chrétien des personnes Handicapées (OCH) a publié lundi 13 mai, un communiqué intitulé « Fin de vie : Et les plus fragiles dans tout ça ? » et signé par une quinzaine d'associations et d'organismes du domaine de la santé engagés pour la vie des plus fragiles. Emmanuel Belluteau, président de l'OCH, nous éclaire sur les raisons de cette tribune et les enjeux de la proposition de loi.

+

old patient suffering from parkinson fin de vie
SociétéBioéthique

L’IA générative : rivale ou alliée de l’homme ?

Entretien | Devant les progrès fulgurants de l’intelligence artificielle (IA), la question qui vient d’abord à l’esprit est celle de sa capacité à remplacer l’être humain. Mais au-delà des performances de plus en plus sidérantes des machines, la question reste celle de leur utilisation vertueuse et surtout de la puissance unique de l’intelligence humaine, seule ordonnée à la vérité. Analyse du Doyen de l’IPC, Emmanuel Brochier.

+

IA intelligence artificielle
SociétéLectures

Faire grandir les enfants avec Honoré, l’écureuil et Marceline, l’hirondelle

Recension jeunesse | La rédaction de L’Homme Nouveau vous propose une page recension de lectures jeunesse pour ce mois de mai, avec un choix éclairé de quelques histoires à lire ou faire lire, et autres activités. Avec les albums Honoré, l’écureuil qui refusait d’aider et Marceline, l’hirondelle qui voulait faire confiance, les enfants retiendront une belle leçon de vie à la lumière de l’Évangile. Paru dans le n°1807.

+

enfant lecture
SociétéBioéthiqueDoctrine sociale

La dimension « politique » de la défense de la loi naturelle

L’avalanche de lois « sociétales » en France depuis plus d’un demi-siècle, toutes étant des atteintes directes à la loi naturelle, a provoqué dans une partie du monde catholique une délégitimation diffuse ou expresse des institutions politiques les ayant édictées, cela au sein du déferlement individualiste de l’après-68 et de cette sorte d’explosion en plein vol de l’Église en état de Concile. Le « mariage » homosexuel et la constitutionnalisation de l’avortement ont porté chez ces mêmes catholiques le climat à l’incandescence. D’où la question : que faire ?

+

loi naturelle