Congé de naissance : encore un trompe-l’œil

Publié le 12 Fév 2024
congé de naissance famille

© Pixabay / StockSnap

Le président Macron, contraint par les chiffres catastrophiques de se pencher sur la question de la natalité, a très vite dégainé un projet de « congé de naissance ». Entretien avec Pascale Morinière, présidente des Associations familiales catholiques, sur une promesse sortie du chapeau qui ne répond pas aux réalités du terrain et supprimerait de fait le congé parental déjà dévoyé par la dernière réforme.

 

Quel est ce nouveau congé naissance annoncé par le gouvernement pour 2025 ?  

Il s’agit d’un congé d’une durée de six mois, rétribué proportionnellement aux revenus, avec un plafonnement à 1 800 euros net, contrairement aux 429 euros actuels. Mais ces six mois incluent également le congé maternité, et donc le congé naissance seul représenterait uniquement trois mois et demi supplémentaires pour les mères pour le premier et le deuxième enfant, et uniquement deux mois supplémentaires pour le troisième enfant. Le congé long, permettant de rester avec l’enfant jusqu’à son arrivée en classe maternelle, disparaît donc. Il ne serait plus possible de s’arrêter au-delà de 6 mois après la naissance, sauf à quitter son travail.  

Ce congé sera-t-il suffisant pour les parents ? 

Il y a toute une gamme de demandes des parents, donc certains s’y retrouveront mais pour une grande partie cela représente un véritable souci alors que les modes de garde sont insuffisants. Les AFC ont réalisé en septembre dernier un sondage avec l’Ifop sur la non-réalisation du désir d’enfant : sur l’ensemble des parents ayant renoncé à accueillir un enfant, 48 % n’auraient pas renoncé s’ils avaient pu s’arrêter suffisamment longtemps et parmi eux 58 % auraient choisi un congé long de deux à trois ans. Cette nouvelle mesure ne permettra donc pas aux parents d’accueillir un enfant supplémentaire comme ils le souhaiteraient, ce qui serait nécessaire pour redresser le taux de natalité.  

Et pour les enfants, ce congé de naissance est-il adapté ? 

Le secrétaire d’État chargé de la protection de l’enfance a rendu un rapport en 2021 mettant en évidence les besoins de l’enfant sur ses 1 000 premiers jours. Les spécialistes de la petite enfance ont montré la nécessité de la présence des parents sur cette période. Nous savons également que 52 % des enfants de moins de 3 ans sont actuellement gardés par leurs parents, donc nous ne savons pas comment ces foyers vont parvenir à trouver…

Pour continuer à lire cet article
et de nombreux autres

Abonnez-vous dès à présent

Maitena Urbistondoy

Ce contenu pourrait vous intéresser

A la uneSociétéPhilosophie

La tradition primordiale, de René Guénon à Julius Evola

L'Essentiel de Joël Hautebert | Les doctrines de René Guénon et Julius Evola, deux auteurs pourtant fondamentalement antichrétiens, bénéficient d’une image positive chez certains catholiques. À la faveur d’une confusion autour du mot "tradition", d’un refus commun de la modernité, de la séduction de l’ésotérisme ou d’une certaine vision de l’Histoire. 

+

tradition
A la uneSociété

Retour du loup : le défi des éleveurs français

Entretien | La réapparition du loup dans les forêts et montagnes françaises ces dernières années nécessite aujourd’hui une vigilance accrue des éleveurs, qui voient leurs troupeaux attaqués, leurs bêtes blessées, ou dévorées. À la fois éleveur de brebis et maire de sa commune, Olivier Maurin a publié un livre dans lequel il retrace l’histoire de la présence du loup en France. Il évoque aussi le décalage entre les écologistes et les ruraux qui, comme lui, en subissent aujourd’hui les conséquences. Entretien avec Olivier Maurin, auteur du Festin des loups.

+

loup
SociétéBioéthique

GPA et filiation (3/4) : La gestation pour autrui est-elle bien féministe ? 

Dossier « GPA : la filiation niée par un nouvel esclavagisme » (3/4) | À un moment de l’histoire humaine où les frontières biologiques sont bousculées par de nouvelles technologies et où la « dignité » est instrumentalisée pour s’affranchir des barrières morales, un philosophe revient sur la GPA et sur la dégradation qu’elle représente pour la mère, l’enfant et les « parents d’intention ».

+

gpa féminisme
SociétéBioéthique

GPA et filiation (2/4) : L’humanité de la maternité

Dossier « GPA : la filiation niée par un nouvel esclavagisme » (2/4) | On ne peut nier biologiquement le lien qui s’instaure entre la mère et le fœtus lors de la grossesse, point de départ indissociable de la maternité et de la vie d’un enfant. Dans le cadre d’un contrat de gestation pour autrui (GPA), la mère n’est plus que gestatrice, et l’enfant est brutalement soustrait à celle qu’il a appris à reconnaître durant les neuf mois.

+

gpa
SociétéFin de vie

L’euthanasie repoussée par la dissolution de l’Assemblée nationale  

Le 7 juin dernier, jour du Sacré-Cœur, l’Assemblé nationale a débattu sur le projet de loi de fin de vie. Cette proposition de loi est en arrêt temporaire dû à la dissolution de l’Assemblé nationale. Ce dimanche 9 juin, au soir du scrutin des élections européennes, Emmanuel Macron a annoncé la dissolution de l’Assemblé Nationale. Cette décision a entraîné l'arrêt immédiat de tous les travaux en cours au Palais Bourbon.  

+

euthanasie