Pie XI et l’encyclique Quadragesimo anno (III) : deux précisions de Pie XI

Publié le 15 Déc 2022
pie XI

Quarante ans après la publication de Rerum novarum de Léon XIII, l’encyclique Quadragesimo anno de Pie XI célèbre non seulement l’événement, mais développe et précise la doctrine sociale de l’Église. Notamment sur deux aspects.   Quels sont les points abordés par Quadragesimo anno ? Le plan de cette encyclique est relativement simple. Le pape Pie XI ancre son propre enseignement dans celui de son prédécesseur Léon XIII. L’occasion de la publication de Quadragesimo anno est donnée par le quarantième anniversaire de Rerum novarum. Mais le texte pontifical ne se contente nullement d’une commémoration. Il va plus loin. On peut se demander au passage pourquoi la papauté a attendu quarante ans avant de revenir sur Rerum novarum. À vrai dire, la réponse tient précisément dans l’évolution des choses. En quarante ans, le système capitaliste s’est développé et ses effets se font sentir de façon beaucoup plus universelle dans l’interaction qui régit les nations industrielles. La Première Guerre mondiale, premier conflit industriel à très grande échelle, est également passée par là, entraînant dans le monde de l’après-guerre des effets politiques et sociaux. Les échanges se sont internationalisés. Enfin, 1917 a été l’année qui a vu arriver au pouvoir le premier système marxiste-léniniste. Pie XI y reviendra d’ailleurs dans son encyclique Divini Redemptoris. Lui-même est confronté au fascisme, installé au pouvoir en Italie depuis 1922. Deux ans après la parution de Quadragesimo anno Hitler accédera au pouvoir. Les temps ont changé : l’heure est aux totalitarismes et à la faillite du système libéral. D’où les thèmes abordés dans cette lettre pontificale : les fruits de Rerum novarum ; les principes chrétiens en matière économique et morale (droit de propriété ; lien capital et travail ; juste salaire), l’analyse des profonds changements intervenus (transformation des systèmes capita­liste et socialiste, la tentation socialiste auprès des catholiques), le principe de subsidiarité, les corporations, la réforme des mœurs et le bien des âmes. En quoi Pie XI précise-t-il la doctrine sociale de l’Église ? Léon XIII s’était appuyé pour intervenir dans le domaine économique et social sur « la plénitude de son droit » de Souverain Pontife, apportant un jugement principale­ment au regard des enseignements de la Révélation. Il ne niait évidemment pas les apports de la loi naturelle. Pie XI amplifie et précise ce recours à la loi et au droit naturel. La doctrine sociale de l’Église se fonde donc sur la Révélation et le droit…

Pour continuer à lire cet article
et de nombreux autres

Abonnez-vous dès à présent

La Rédaction de Reconstruire

Ce contenu pourrait vous intéresser

A la uneEgliseLiturgie

Pour la liberté entière de la liturgie traditionnelle, en vue du redressement de l’Église

Jean-Pierre Maugendre, Directeur général de Renaissance catholique, propose une campagne internationale pour la liberté entière de la liturgie traditionnelle. Malgré la déchristianisation croissante de la société et la crise de l'Église, il rappelle que celle-ci peut renaître par le biais de la liturgie traditionnelle, dont la sûreté doctrinale et la transcendance ont sanctifié ceux qui nous ont précédés pendant des siècles, et contribuent encore à de nombreuses conversions. À condition de lui redonner une liberté pleine et entière, et non pas seulement une tolérance restrictive. 

+

liturgie traditionnelle
ChroniquesEgliseLiturgie

La Pause liturgique : Sanctus 5, Messe Magnæ Deus potentiæ (Mémoires des Saints)

Ce Sanctus du 4e mode a quelque chose de mystique et de majestueux, dans sa simplicité. Il alterne heureusement les formules neumatiques et les passages syllabiques, les progressions par degrés conjoints et les intervalles de tierce, de quarte ou même de quinte, les élans vers l’aigu et les détentes vers le grave. Ce Sanctus a la particularité de n’être représenté que par une seule source manuscrite, allemande, datée de la toute fin du XIIe siècle.

+

sanctus
A la uneEgliseLiturgie

Confirmation : La chrismation chez les Orientaux (3/3)

Dossier : « Quelle place faut-il donner à la confirmation ? » 3/3 | Le sacrement de confirmation est conféré d’une façon bien différente dans les rites orientaux où il est n’est pas séparé du baptême. La cérémonie, proche de ce qui se faisait en Occident aux premiers siècles, revêt donc une forme spécifique et est accompagnée de prières faisant abondamment référence au baptême du Christ.

+

chrismation confirmation