Le document de préparation du synode sur la synodalité : une providentielle opportunité

Publié le 23 Juin 2023
synode

La publication, le 20 juin, de l’Instrumentum laboris, le document de préparation pour les travaux de la prochaine assemblée générale du Synode des Évêques sur la synodalité (“Instrumentum laboris” della XVI Assemblea Generale Ordinaria del Sinodo dei Vescovi (vatican.va)) constitue un événement tellement hénaurme, qu’il pourrait constituer une providentielle opportunité à saisir pour avancer vers un rétablissement de l’ordre dans l’Église.

L’ère du vide

Le projet, sur lequel auront à plancher les évêques réunis à grands frais de toutes les parties du monde, à Rome en octobre de cette année et de l’année prochaine est en un sens formidablement ambitieux : il s’agit de lancer une « Église synodale ».

Pourquoi ? Pour répondre à la question qu’assurément tout le monde se pose : « Comment se réalise aujourd’hui, à différents niveaux (du niveau local au niveau universel) ce “ marcher ensemble ” qui permet à l’Église d’annoncer l’Évangile, conformément à la mission qui lui a été confiée ; et quels pas de plus l’Esprit nous invite-t-il à poser pour grandir comme Église synodale ? » C’est un morceau d’anthologie qui permet de comprendre que la synodalité, c’est … la synodalité.

Le pathos de ce document, sur des pages et des pages, est agrémenté de schémas explicatifs, par exemple sur « une communion qui rayonne », avec des flèches qui arrivent et partent de cercles concentriques et aboutissent à des petits cœurs. « Farceurs ! », eût dit Bernanos. Mais farce sinistre, car elle délivre un message d’infusion massive de démocratisme moderne dans les structures de l’Église.

On ne sait d’ailleurs s’il faut rire ou pleurer : on parlait jadis de « réunionite » qui frappait les clercs et laïcs engagés. Pour le coup, c’est une Église réunionante qu’imaginent les auteurs de cet Instrumentum, une Église en perpétuelle réunion de haut en bas. Une Église où on cause entre soi, à défaut d’annoncer l’Évangile aux nations.

Par exemple, on procédera « au renouvellement du ministère épiscopal au sein d’une Église plus pleinement synodale », par une « dynamique de la conversation », qui animera les réunions et les conseils quotidiens, en sorte qu’on puisse arriver à un « consensus efficace ».

Et l’évêque ainsi reformaté dans son ministère par cette « dynamique de la conversation », devra s’autoévaluer et être évalué (par qui ? par ceux qui réunionent) à propos de la manière dont il accomplit son service « dans un style synodal ». Non seulement l’évêque devra causer, mais causer de la manière dont il cause.

Ceci dit, sous le règne du très politique pape François, il faut tenter de décrypter les intentions cachées de cette formidable tentative d’esbroufe. L’évocation de ces processus de fonctionnement conformes à la démocratie moderne, se garde bien de toucher à la nomination des évêques.

Elle ne parle pas non plus d’ouvrir la prêtrise aux femmes. En fait, ce projet d’Église synodale exacerbe les divisions, mais semble un projet vide. Volontairement peut-être. Le but recherché pouvant être aussi de faire monter tout un nuage de propositions démagogiques vagues pour contenir les revendications, très concrètement subversives quant à elles, de la gauche conciliaire, celle qui s’exprime par exemple dans le Chemin synodal allemand.

Revenir au Credo

Cependant ce document caricatural nous paraît une opportunité qu’il ne faut pas laisser échapper. Il représente, comme tout ce qui passe depuis le début du pontificat bergoglien, une exacerbation des choses conciliaires. En l’espèce, ce pathos qui tend à la modification de la divine constitution de l’Église, sans cependant toucher à cette divine constitution, qui change tout sans rien changer, est typique de ce qu’on nous sert depuis plus d’un demi-siècle.

Ainsi, Amoris laetitia modifie la morale du mariage en commençant par affirmer que « tous les débats doctrinaux, moraux ou pastoraux ne doivent pas être tranchés par des interventions magistérielles. » Ainsi, Unitatis redintegratio lance l’Église dans l’aventure œcuménique, sans jamais donner la moindre définition doctrinale de ce retournement dans la manière de comprendre la mission vis-à-vis des séparés. Ainsi Dignitatis humanæ pulvérise la doctrine du Christ-Roi en réalisant un flou artistique si réussi que, depuis lors, les interprétations se bousculent et s’entrechoquent en s’appuyant sur les affirmations en oui et en non.

Nous ne mettons certes pas au même niveau les ambiguïtés sophistiquées du Concile, comme le susbistit in (l’Église du Christ subsiste dans l’Église catholique) de Lumen Gentium 8, avec la littérature un peu vulgaire de l’Instumentum (qui fait cependant parfois de beaux efforts : « promouvoir la communion exige d’assumer l’incomplétude de parvenir à vivre l’unité dans la diversité »).

Qui plus est, l’Insrumentum est un texte de seconde importance. Un document romain cependant. Mais le principe est bien le même, d’une très grande modernité, pour ne pas dire d’un modernisme caractérisé : il s’agit parler de foi – de la changer comme en douceur – en faisant en sorte de ne pas se référer au Credo et au dogme comme sources.

C’est pourquoi, il conviendrait d’isoler dans cette présente tentative à des propositions doctrinales, comme on le faisait jadis pour peser l’orthodoxie d’un texte. Ce qui aurait le double avantage de recentrer le débat sur le seul terrain qui vaille, celui de la doctrine évangélique telle que transmise par le magistère des papes et des conciles (des conciles magistériels, puisque depuis le dernier il faut préciser), et d’inviter ceux qui ont la charge de diffuser et de défendre cette doctrine du Christ, les évêques, à condamner les erreurs ainsi circonscrites.

Pour prendre un exemple : « La plupart des Assemblées continentales ainsi que les synthèses de nombreuses Conférences épiscopales, dit l’Instrumentum (B 2-3 question 4)  demandent que la question de l’accès des femmes au diaconat soit réexaminée.

Peut-on l’envisager et comment ? » Simple question, dira-t-on. Mais justement le fait de la poser laisse la réponse ouverte en oui et en non. Il s’agit donc de dire que le oui est hétérodoxe, tout simplement : si cette proposition signifie qu’il est envisageable que le diaconat, partie du sacrement de l’ordre, puisse être conféré à des femmes, cette proposition n’est pas catholique.

Il restera à trouver 100 évêques (dont des cardinaux), 10 peut-être, 5 pour commencer, qui porteront cette condamnation toute simple. Et l’on aura avancé d’un grand pas.

 

A lire également : Messe traditionnelle : prendre garde à ne pas étouffer la flamme

Abbé Claude Barthe +

Ce contenu pourrait vous intéresser

A la uneEglise

Communautés : oasis ou citadelles ?

L'Essentiel de Joël Hautebert | Tendance de fond ces dernières années, la société paraissant malade ou repoussante à beaucoup, le communautarisme de tout poil prospère. La parution d’un ouvrage de l’abbé Raffray, qui se veut une réponse aux inquiétudes contemporaines, est l'occasion de faire le point sur ce qui pourrait sembler bien tentant à des chrétiens dégoûtés par le monde dans lequel ils vivent et soucieux de se rassembler pour se garder des maladies de l’âme qu’il véhicule.

+

communauté oasis
EgliseLiturgie

La Pause liturgique : Gloria 6, Rex Génitor, (Mémoires des Saints)

Ce Glória est daté du Xe siècle, et il est utilisé, comme le précédent, pour les fêtes des Saints. Les sources manuscrites de ce Glória, assez peu nombreuses, sont toutes françaises, ce qui semble indiquer son lieu d’origine et de composition. Il emprunte sa mélodie au 8e mode, mais il est tout différent du précédent : tandis que le Glória 5 s’envole à chaque verset vers les hauteurs de la quinte du mode authente, celui-ci se cantonne pour l’essentiel à l’intérieur d’une tierce très modeste, Sol-Si. Bien sûr, il se déploie à l’aigu de temps en temps, mais il est beaucoup plus horizontal que son voisin.

+

gloria grégorien
Eglise

La réparation comme démarche spirituelle

Commentaire du Pape | À l'occasion du 350e anniversaire des apparitions du Sacré Cœur de Paray-le-Monial, le Pape a prononcé quelques mots lors du colloque « Réparer l’irréparable », organisé le 4 mai dernier au Vatican. 

+

réparation France sacré cœur roi
A la uneEgliseMagistèreThéologie

Jean Madiran : lecteur critique de Gustave Thibon

Dossier « Jean Madiran et Gustave Thibon, un compagnonnage intellectuel ? » | Considéré par les lecteurs d’Itinéraires comme un collaborateur régulier de la revue, Gustave Thibon n’y donna en réalité qu’épisodiquement des articles, marquant toujours une certaine réserve par rapport au contenu. Directeur de la revue, Jean Madiran le sollicita à de nombreuses reprises mais s’éloigna de plus en plus du philosophe. Retour sur la rencontre de deux grandes figures qui évoluèrent différemment.

+

gustave thibon jean madiran