Instrumentum Laboris : un document préparatoire alarmant 

Publié le 05 Juil 2023
Instrumentum Laboris
Que renferme le document de travail préparatoire publié le mois dernier ? Dans une démarche marxisante, pas de définitions mais une insistance sur une dynamique à mettre en place, des « questions de discernement » à poser, une volonté de renversement de la hiérarchie de l’Église, le tout supposément guidé par « la conversation dans l’Esprit »… Explications. 

  Le mercredi 20 juin, le secrétariat du Synode des Évêques* a publié son deuxième Instrumentum Laboris (instrument de travail) destiné à la préparation de la première session de la XVIe Assemblée générale ordinaire d’octobre prochain. Présentées comme un document d’orientation des travaux, les soixante pages se veulent être la synthèse des deux étapes précédentes du Synode sur la synodalité, initié le 10 octobre 2021 par le pape François.   Les diocèses du monde entier avaient déjà été mobilisés autour de la première question : « Comment se réalise aujourd’hui, à différents niveaux (du niveau local au niveau universel), ce “marcher ensemble” qui permet à l’Église, conformément à la mission qui lui a été confiée d’annoncer l’Évangile ; et quels pas de plus l’Esprit nous invite-t-il à poser pour grandir comme Église synodale ? »    Les différents épiscopats ont ensuite soumis leurs synthèses nationales en août 2022 au secrétariat du Synode, à Rome. Le 24 octobre 2022, un premier document de travail intitulé « Élargis l’espace de ta tente » (Is, 54,2), avait été renvoyé pour préparer l’étape continentale du processus, achevée en mars dernier.   Le 11 janvier dernier, l’hebdomadaire The Spectator avait publié un article posthume du cardinal Pell, décédé la veille, où il qualifiait la synthèse de « l’un des documents les plus incohérents jamais envoyés par Rome ». Durant cette période, la Conférence des évêques des Philippines (CBCP) a également dû rappeler l’impossibilité pour un catholique d’être franc-maçon, au moment où certains d’entre eux auraient participé aux travaux préparatoires du Synode.   Le 26 avril dernier, le pape François a adressé une lettre aux responsables des assemblées continentales indiquant que, pour la première fois, 21 % des délégués votant au prochain Synode des Évêques seront des « non-évêques », soit 70 ecclésiastiques ou laïcs choisis par le Saint-Père dans une liste de 140 représentants présélectionnés et respectant la parité hommes-femmes.   La synthèse du mois de juin a été rédigée par un comité de 22 personnes. Elle est divisée en deux parties, la première revenant…

Pour continuer à lire cet article
et de nombreux autres

Abonnez-vous dès à présent

Maitena Urbistondoy

Maitena Urbistondoy

Ce contenu pourrait vous intéresser

Eglise

Mobilisation à Quimper : les fidèles attendent que la porte de l’évêque s’ouvre

Ce dimanche 16 juin, 350 catholiques fidèles au rite tridentin ont manifesté dans les rues de Quimper. Arborant des drapeaux bretons, des bannières, et entonnant des cantiques traditionnels accompagnés de sonneurs, ils se sont rassemblés à 15 h sur le parvis de la cathédrale Saint-Corentin. Cette manifestation visait à protester contre les décisions de Monseigneur Dognin, évêque de Quimper et Léon, prises le 19 mai, qui affectent les fidèles du diocèse attachés à la liturgie traditionnelle, notamment l'expulsion des prêtres de la Fraternité Sacerdotale Saint-Pierre. 

+

Capture decran 2024 06 17 153242 quimper
EglisePhilosophie

La vérité des paraboles ?

C'est logique ! de Bruno Couillaud | Nos politiques, journalistes et maîtres à penser du moment maîtrisent l’art de la communication, bien souvent pour répandre une idéologie ou travestir la vérité. Le Christ, lui, usait de courtes histoires, paraboles simples et tirées de la vie quotidienne pour que ses auditeurs se rapprochent du Royaume des Cieux. Mais pour quelles raisons ?

+

paraboles