La prophétie de Balzac

Publié le 16 Mai 2023
Balzac

Si le rétrécissement matérialiste de la France fut anticipé par Balzac, ce sont des écrivains bien contemporains et souvent des étrangers qui, frappés par l’indissolubilité du lien entre sa grandeur et le christianisme, secouent la torpeur de notre confort intellectuel et nous parlent de la puissance de nos héros et de la richesse de notre patrimoine.   « Institutions, livres, hommes et doctrines, tout conspire à miner la croyance d’une vie future sur laquelle l’édifice social est appuyé depuis dix-huit cent ans. Maintenant le cercueil est une transition peu redoutée. L’avenir, qui nous attendait par-delà le requiem, a été transposé dans le présent » (1). Ces mots ne sont pas écrits par un auteur contemporain, morigénant à bon droit l’esprit ambiant mais par Honoré de Balzac, en 1833, dans Eugénie Grandet. D’après lui, la grande question posée en son temps au législateur était : « Que payes-tu ? au lieu de dire : Que penses-tu ? Quand cette doctrine aura passé de la bourgeoisie au peuple, que deviendra le pays ? » (2). Aujourd’hui, une longue série d’indices concordants confirme l’inquiétude prophétique de l’illustre romancier. Ce « Que payes-tu ? » peut être décliné avec bien des nuances d’un bout à l’autre de l’éventail des manières de concevoir son existence. « Que payes-tu ? » Je me contrefiche du bien commun et je réagis, je manifeste lorsque mon bien-être matériel est en jeu. « Que payes-tu ? » Je ne soutiens pas les évolutions révolutionnaires dites progressistes, mais je ne bouge pas tant que je peux mener ma vie privée comme je l’entends, cultiver mon jardin et protéger mon patrimoine. J’accepte même, plus ou moins discrètement, de pratiquer, dans l’exercice de mon métier, des choses que ma conscience réprouve, en distinguant adroitement et malignement mes convictions profondes et mes obligations de citoyen. Ce passage d’Eugénie Grandet nous rappelle surtout le lien étroit entre « l’édifice social » et le spirituel sur lequel il s’adosse. Ce n’est pas pour rien que la Révolution et ses épigones ont voulu se doter des attributs de la sacralité et du divin : la guerre sainte des droits de l’homme, le catéchisme républicain ou positiviste, le divin social, la religion de l’avenir, de la science ou du progrès ! Mais les temps actuels démontrent l’échec radical de ces religions séculières et immanentistes incapables de juguler la montée de l’islam qu’elles ont favorisé, d’entretenir le sens du sacrifice au profit d’un intérêt commun supérieur, aujourd’hui foulé aux pieds. Ajoutons encore que l’analyse de Balzac, pour notre pays, n’évoque…

Pour continuer à lire cet article
et de nombreux autres

Abonnez-vous dès à présent

Joël Hautebert

Ce contenu pourrait vous intéresser

ChroniquesPhilosophie

Nietzsche : Généalogie historique ou continuités illusoires ?

IDÉES | Philosophie nietzschéenne 4 | L’une des thèses principales du philosophe allemand prétend établir des filiations historiques et morales entre Rome, la Renaissance et Napoléon, la Judée, la Réforme et la Révolution française. Interprétation simplistes, ces continuités ne résistent pas à l’examen. Quatrième volet de notre présentation de la philosophie nietzschéenne.

+

Friederich Nietzsche
ChroniquesPhilosophie

L’antichristianisme de Nietzsche : haine, mystifications et confusion (2)

IDÉES | Philosophie nietzschéenne 3 | Dans un curieux retournement de ses aspirations de jeunesse, le philosophe Friedrich Nietzsche déclare la guerre au christianisme, l’accusant d’inviter à la fuite du monde réel, de promouvoir une compassion débilitante, de déviriliser les hommes. Accusations non étayées et particulièrement injustes qu’il faut démonter. Deuxième volet de notre présentation de la philosophie nietzschéenne.Faisant un mauvais procès au christianisme, Nietzsche l’accuse d’être une religion de failles, accusation démontée par la vie même du Christ, celle de saint Paul et celle que mènent les moines. Troisième volet de notre présentation de la philosophie nitzschéenne (article 1 et article 2 à retrouver sur notre site).

+

Friederich Nietzsche
ChroniquesSociétéPhilosophie

D’où vient l’autorité que l’on invoque aujourd’hui ?

C'est logique de François-marie Portes | Réagissant à une série de violences graves caractéristiques de la société française contemporaine, Gabriel Attal tentait récemment, sous l’œil des caméras, de démontrer son autorité devant des jeunes promis à un séjour en internat. Un exercice qui n’a pas enté couronné de succès. La notion claire de ce qu’est l’autorité permet de comprendre pourquoi. 

+

autorité auctoritas
ChroniquesPhilosophie

L’antichristianisme de Nietzsche : haine, mystifications et confusion (1)

IDÉES | Philosophie nietzschéenne 2 | Dans un curieux retournement de ses aspirations de jeunesse, le philosophe Friedrich Nietzsche déclare la guerre au christianisme, l’accusant d’inviter à la fuite du monde réel, de promouvoir une compassion débilitante, de déviriliser les hommes. Accusations non étayées et particulièrement injustes qu’il faut démonter. Deuxième volet de notre présentation de la philosophie nietzschéenne.

+

Friederich Nietzsche
Chroniques

L’amour doit remplacer le culte de la Raison

Carte blanche de Judith Cabaud | Depuis le Dieu de l’Ancien Testament qui dicta sa loi humaine et divine à Moïse, les hommes ont trouvé le moyen d’interpréter ces commandements à leur guise. Par des procédés légalistes et juridiques, ils se sont emparés du contrôle de la vie de leurs semblables des mains du Créateur. Cependant, on découvre que tout n’est pas explicable par la raison. À l’heure actuelle, la plus grande qualité de l’Église catholique reste l’humilité et la charité.

+

maires pour le bien commun principes de politique raison
ChroniquesCulture

L’exposition : Revoir Van Eyck, La Vierge du Chancelier Rolin

La Vierge du Chancelier Rolin de Van Eyck, seul tableau du peintre à être conservé au Louvre, sort tout juste de restauration. Le musée lui consacre jusqu'en juin une exposition exceptionnelle, entouré de six autres œuvres de Van Eyck jamais présentées en France, et pour certaines prêtées pour la première fois. 

+

Revoir Van Eyck, La Vierge du Chancelier Rolin