Les paroisses : cellules de base de l’Église

Publié le 03 Juil 2021
Les paroisses : cellules de base de l'Église L'Homme Nouveau

Elles sont plus de 12 000 en France, rassemblant près de 40 000 clochers et formant un étroit maillage d’un bout à l’autre du pays. Chaque fidèle catholique dépend de l’une d’entre elles. Elles, ce sont les paroisses : un territoire et toutes les âmes qui vont avec, sous la responsabilité du curé. Leur définition reste inchangée depuis près de 15 siècles mais elles ont connu de nombreuses évolutions. Cœurs spirituels des villes et des villages, elles ont été des lieux de pouvoir politique et administratif. Le curé, ancien notable et figure essentielle de nos villes et villages, a perdu de son prestige et l’idée même de territoire, pourtant constitutive de la paroisse, a été bouleversée par le développement des moyens de communication. Enfin, les fidèles eux-mêmes ont évolué alors que l’influence de la civilisation chrétienne s’amenuise.

La Congrégation pour le Clergé a publié le 20 janvier 2021 une instruction intitulée : La Conversion pastorale de la communauté paroissiale au service de la mission évangélisatrice de l’Église. Le document promeut une plus grande coopération entre les paroisses et les invite à un élan missionnaire de proximité.

Dans son exhortation apostolique Evangelii Gaudium (n. 28), le pape François affirme que « la paroisse n’est pas une structure caduque ». Nous ne pouvons nous contenter d’acquiescer aux mots du Pape, nous devons les comprendre et ils ne sont pas évidents. Quel avenir pour les paroisses alors que le nombre de fidèles pratiquants – et donc de prêtres – est en chute libre ? Quel espoir alors qu’une part non négligeable des fidèles pratiquants a délaissé sa paroisse territoriale pour d’autres lieux de culte (communautés religieuses, paroisses personnelles, chapelles…) ? Ces problématiques sont devenues plus cruciales encore depuis que la crise de la Covid-19 a entraîné en certains lieux une hémorragie de près de 30 % des fidèles.

Pour entrevoir l’avenir des paroisses, qui ne va plus de soi, il fallait mener l’enquête. Revenir aux sources, comprendre comment elles ont, au fil des siècles, recouvert de clochers nos villes et nos campagnes. Avec cet éclairage historique, nous pouvions mieux appréhender le présent et avons rencontré des curés qui nous ont fait voir un peu de la réalité des paroisses de France. Des évêques ont donné une vision plus globale en évoquant la formation des prêtres, les enjeux financiers, l’évangélisation d’une société « liquide »(1)… Ils nous ont parlé sans langue de buis. Les laïcs dans leurs domaines respectifs, fidèles engagés, historiens, économe, ont apporté leur expertise.

Non, la paroisse n’est pas morte mais elle ne vit et ne porte du fruit que dans la mesure où elle est fixée au Christ. Puissent les paroisses être émondées par le Père pour être plus fécondes encore (Jn 15, 2).

1. La notion de « modernité liquide », consacrée par le sociologue Zygmunt Bauman, exprime la malléabilité – et donc la fragilité – à la fois des structures sociales et de l’identité des individus dans une société contemporaine qui exalte l’autonomie.

Ce contenu pourrait vous intéresser

A la uneÉditorial

Notre quinzaine : « Mon vieux, je suis un homme nouveau »…

Édito de Philippe Maxence | Cette année encore, le pèlerinage de Notre-Dame de chrétienté qui s’est déroulé à la Pentecôte a rencontré un véritable succès avec plus de 18 000 pèlerins inscrits. Des jeunes, beaucoup de jeunes mais aussi des familles réunissant les parents et les enfants, voire parfois les grands-parents. À son ami Joseph Lotte, Péguy avait déclaré : « Mon vieux, je suis un homme nouveau. J’ai tant souffert et tant prié, tu ne peux pas savoir. (…) J’ai fait un pèlerinage à Chartres, 144 kilomètres en trois jours... » Au XXe siècle, Péguy représente la réalisation de la parole évangélique : « Si le grain de blé ne tombe en terre et ne meurt, il reste seul, mais s’il meurt, il porte beaucoup de fruits » (Jn, 12, 24). 

+

homme nouveau Chartres
ÉditorialEglise de France

Notre quinzaine : Catholiques, un point c’est tout !

Édito du Père Danziec | Ils viennent de partout mais ils ne vont pas nulle part. Ils marchent ensemble, dans la même direction. Leur rayonnement subjugue et l’organisation qui les entoure impressionne. Ils sont de tous les âges et de toutes les conditions. Ils s’agenouillent ensemble et partagent le même Credo. Ils sont pèlerins de Chartres, marcheurs de Dieu et témoins de chrétienté. Ils sont catholiques. Tout simplement catholiques. Non des catholiques à part mais des catholiques à part entière, aspirant bonnement à le devenir toujours plus intégralement, la grâce de Dieu aidant.

+

catholiques Chartres
ÉditorialChrétiens dans le monde

Le Vietnam catholique après Diên Biên Phu (2/3) : Une réappropriation progressive du clergé vietnamien

Dossier « Le Vietnam catholique après Diên Biên Phu » 2/3 | Comment les soubresauts de la décolonisation ont-ils affecté l’Église du Vietnam ? Désireuse de maintenir une distinction essentielle entre colonisation et mission et de faire émerger de véritables communautés catholiques locales, Rome avait en fait pris soin très tôt de former et d’émanciper un clergé indigène pour remplacer les missionnaires occidentaux.

+

vietnam clergé
Éditorial

Notre quinzaine : Vertu de piété ou nostalgie ? 

On a beaucoup reproché à nos compatriotes de se complaire dans la commémoration des défaites de la France. Dans le souvenir de Diên Biên Phu, il ne s’agit pas tant d’entretenir aujourd’hui la nostalgie d’une époque révolue que de se placer dans la perspective de la vertu de piété naturelle dont on rappellera ici en passant qu’elle est annexe à la vertu de justice et qu’elle nous permet de rendre imparfaitement ce que nous devons à nos parents et à notre pays. Le devoir de piété relève des premiers principes de la loi naturelle et trouve une expression synthétisée dans le quatrième commandement du Décalogue.

+

Diên Biên Phu piété naturelle
ÉditorialDoctrine socialeLettre Reconstruire

Subsidiarité et bien commun

Édito de la Lettre Reconstruire n°35 | Ce nouveau numéro de Reconstruire continue, à travers la rubrique « Questions de principe », à aborder l’enseignement pontifical à propos de la subsidiarité. Formulé scientifiquement par Pie XI, mais déjà présent chez Léon XIII, le principe de subsidiarité n’a cessé de prendre une place grandissante dans le corpus social catholique. Au point, comme nous le soulignons dans ce même numéro, d’être introduit indirectement dans le nouveau Code de droit canonique (1983) et donc dans la vie de l’Église elle-même.

+

subsidiarité bien commun
Éditorial

Notre quinzaine : Quand on n’a que l’amour

Éditorial du Père Danziec | Notre monde est-il plus violent qu’autrefois ? Prenons garde de répondre trop vite par l’affirmative. Le refrain qui consiste à dire, en tout et nécessairement, « c’était mieux avant » mériterait certainement nuance et contextualisation. Face aux déchaînements de violence propres à l’atmosphère postchrétienne, il s’agit – plus que jamais – de devenir lumière dans les ténèbres. Comment cela ? En prenant la résolution vigoureuse d’accueillir en nous l’amour de Dieu.

+

amour