Notre quinzaine : À l’abordage de 2024 !

Publié le 27 Déc 2023
abordage 2024

À l’abordage de l’année 2024, il nous appartient d’éviter les écueils du pessimisme pour ne pas tomber dans le naufrage du désespoir. © Freepik

Quel est le défaut dominant de notre époque ? Dans une attrayante anthologie littéraire sur les sept péchés capitaux, Sébastien Lapaque s’amuse à attribuer aux derniers siècles la faute capitale censée les résumer (1). Évidemment, comme souvent en pareil cas, l’attribution est arbitraire. Il n’empêche : n’y a-t-il pas un intérêt piquant à regarder notre passé sous le prisme de la grille d’un confessionnal ?

Au XVIe siècle et ses guerres de Religion, le péché de colère. Au XVIIe siècle traversé par les ravages du jansénisme, celui de l’orgueil. Au libertinage du XVIIIe siècle, la luxure. La frénésie industrielle et les révolutions égalitaires du XIXe siècle ? Le péché d’envie. Au XXe siècle et son argent-roi, du krach de 29 à la société de consommation, bienvenue dans le siècle de l’avarice. Et si, pour clore cette sombre déclinaison, le péché de paresse était celui du XXIe siècle ? Notre monde en 2024 trouve fatigant le fait d’avoir raison et le relativisme ambiant en apparaît l’aveu terrible : oisiveté dans l’agir comme dans la réflexion. Triste diagnostic.

 

Notre vie, notre histoire

Forts de cet examen de conscience historique, il peut être profitable en ce début de janvier de nous arrêter sur la nôtre. Notre histoire. Notre vie. Nos états d’âme. N’y aurait-il pas une funeste et curieuse façon de voir le monde depuis 1789 ?

Année après année, défaite après défaite, le catholique de conviction n’a-t-il pas pris l’habitude de se plaindre que tout aille mal ? De la virée de Galerne aux collines de Dien-Bien-Phû. Du 6 février 34 aux rassemblements rose et bleu de la Manif pour Tous. Des espoirs déçus aux inexorables plafonds de verre. Que notre famille de pensée ait été vaincue dans l’honneur ou qu’elle se soit trouvée aux portes de la victoire, infidèle ou trahie, divisée ou mal accompagnée, il arrive que certains répètent à l’envi que notre monde craque de toutes parts, qu’il l’a bien mérité et que, finalement, c’est bien fait pour lui.

Vraiment ? Si le présent est incertain, force est de reconnaître surtout que l’espérance n’est pas à la mode ! Nous désintéresserions-nous de l’avenir ? Proposerions-nous donc, comme la République, de le réduire légalement ? Le poison du découragement, le duc d’Audiffret-Pasquier en avait déjà pointé l’origine lors d’une prise de parole à la Chambre, en 1872 : « Nous avez-vous seulement légué des embarras, des douleurs et des désastres ? Non, vous avez fait pire encore. Vous nous avez légué la démoralisation. »

À l’abordage de l’année 2024, il nous appartient donc d’éviter les écueils du pessimisme pour ne pas tomber dans le naufrage du désespoir. Prenons la résolution d’être des veilleurs dans la nuit. Non pas des porteurs d’angoisse mais des livreurs de lumière. Ceux-là qui savent qu’ils ont un trésor à offrir et un patrimoine merveilleux à transmettre.

La courtoisie, qui fonde les bonnes manières. La noblesse, qui incarne la droiture dans le regard et la bienveillance dans les propos. La curiosité, qui donne à l’observation du monde un appétit de la vie et de son Créateur. L’appréciation du silence, propre à la justesse de la réflexion. Le goût de la lecture, qui nous rend reconnaissant, à l’endroit de ceux qui nous ont précédés et qui, avant nous, ont souffert, réfléchi et aimé. La charité intégrale, qui consiste à voir dans son prochain un frère à enrichir du Christ.

Oui : la dissidence des disciples de l’Évangile doit carburer à l’espoir au risque, sinon, de finir par caler !

 

Le temps passe

Chaque 1er janvier donne l’occasion de mesurer, comme l’écrit de façon charmante Pagnol, que « le temps passe, et qu’il fait tourner la roue de la vie comme l’eau celle des moulins ». Mais à quoi sert un moulin si, justement, il n’a rien à donner ? Les meules séculaires de notre foi, nous savons ce qu’elles sont en mesure de produire : l’enracinement contre la société liquide, la complémentarité des sexes face aux dérives d’un féminisme étriqué, la préférence au temps long plutôt que l’apologie du bougisme, la protection des plus faibles en butte à la culture de mort, l’amour des traditions pour mieux se refuser aux déconstructeurs, la défense de la vérité en opposition à la tyrannie des bien-pensants.

Qu’il s’agisse de plaquages dans un match de rugby ou de coups de canon lors d’une bataille navale, l’adversité de la vie nous apprend qu’il importe davantage de donner que de subir. De se donner que de se retenir.

Nous pouvons attendre toute une vie, assis sur le banc de notre tiédeur, que l’amour et l’enthousiasme finissent par arriver, au risque de terminer seul en gare… Le message évangélique nous rappelle que nous ne sommes pas ici-bas pour attendre, mais pour nous consumer. Pas dans ce monde pour nous plaindre qu’il n’ait pas de goût mais pour en être le sel. Plus que de lui donner la leçon, il s’agit de lui donner du feu. Un feu sans artifices.

 


 

  1. Les 7 péchés capitaux, Sébastien Lapaque, Librio, 2007, 384 p., 7€.

 

>> à lire également : Congrès eucharistiques (1/4) : Aux États-Unis, un nouvel élan pour l’adoration missionnaire

Père Danziec

Ce contenu pourrait vous intéresser

A la uneÉditorial

Notre quinzaine : L’enjeu de véritables vacances

Édito du Père Danziec (n° 1812) | À l’heure où vous tiendrez ce magazine entre vos mains, les mois chauds et sympathiques des vacances se seront de nouveau installés. Voici venu le temps de nous délasser des labeurs et des fatigues de l’année académique ! Comment donc ne pas vous souhaiter, chers lecteurs de L’Homme Nouveau, de véritables semaines d’été reposantes ! Car oui, le repos est sacré !

+

vacances
A la uneConcours Jeunes Talents 2024

Jeunes Talents 2024 | La Tunique

CONCOURS JEUNES TALENTS 2024 | Lise Massip | Comme chaque année depuis 7 ans, L’Homme Nouveau a lancé son concours d’écriture Jeunes Talents 2024 entre avril et juin. Cette année, le thème était : « Après la guérison de son serviteur par Jésus, que devient le Centurion de l’Évangile ? » Nous publions ici les écrits que nous avons reçus. Les trois lauréats sont aussi publiés dans le numéro d’été (n° 1812), daté du 27 juillet.

+

tunique jeunes talents concours centurion
ÉditorialLettre Reconstruire

Retrouver le sens de la vérité

Lettre Reconstruire n° 38 (Juillet 2024) | Éditorial | Dans les moments de trouble comme nous en vivons actuellement, dans les périodes d’accélération dans les remises en cause de tous ordres, il faut au moins, individuelle­ment et familialement, se raccrocher aux points de repère certains aux plans naturel et surnaturel. Contre le doute, il faut entretenir en soi la recherche permanente de la vérité.

+

france 4684488 1280 vérité
Éditorial

Notre quinzaine : Dieu se rit…

Éditorial de Philippe Maxence | Où va la France ? Cette question, nous sommes beaucoup à nous la poser depuis le résultat des élections européennes et la dissolution de l’Assemblée nationale. Ce choix présidentiel, prévu par la Constitution, a entraîné une accélération de l’histoire dont nous ne savons pas où elle mènera notre pays. Bossuet écrit que « Dieu se rit des prières qu’on lui fait pour détourner les malheurs publics, quand on ne s’oppose pas à ce qui se fait pour les attirer. Que dis-je ? quand on l’approuve et qu’on y souscrit, quoique ce soit avec répugnance. »

+

dieu droite gauche
ÉditorialLiturgie

Notre quinzaine : Rester, non pas dans le coup, mais dans le cœur !

Édito du Père Danziec | Tel est le principe du cycle, une continuation, sans arrêt et circulaire, dont le centre est Dieu. En ce mois de juin, comme l’an passé, et l’année qui lui était précédente, et les autres encore qui leur étaient antérieures, et ce depuis des siècles, l’Église militante de la terre invite une nouvelle fois les fidèles à se tourner vers le Sacré Cœur de Jésus. Un cœur source de vie pour nos âmes en manque de palpitations.

+

sacré cœur
Éditorial

Notre quinzaine : « Mon vieux, je suis un homme nouveau »…

Édito de Philippe Maxence | Cette année encore, le pèlerinage de Notre-Dame de chrétienté qui s’est déroulé à la Pentecôte a rencontré un véritable succès avec plus de 18 000 pèlerins inscrits. Des jeunes, beaucoup de jeunes mais aussi des familles réunissant les parents et les enfants, voire parfois les grands-parents. À son ami Joseph Lotte, Péguy avait déclaré : « Mon vieux, je suis un homme nouveau. J’ai tant souffert et tant prié, tu ne peux pas savoir. (…) J’ai fait un pèlerinage à Chartres, 144 kilomètres en trois jours... » Au XXe siècle, Péguy représente la réalisation de la parole évangélique : « Si le grain de blé ne tombe en terre et ne meurt, il reste seul, mais s’il meurt, il porte beaucoup de fruits » (Jn, 12, 24). 

+

homme nouveau Chartres