Notre quinzaine : À l’abordage de 2024 !

Publié le 27 Déc 2023
abordage 2024

À l’abordage de l’année 2024, il nous appartient d’éviter les écueils du pessimisme pour ne pas tomber dans le naufrage du désespoir. © Freepik

Quel est le défaut dominant de notre époque ? Dans une attrayante anthologie littéraire sur les sept péchés capitaux, Sébastien Lapaque s’amuse à attribuer aux derniers siècles la faute capitale censée les résumer (1). Évidemment, comme souvent en pareil cas, l’attribution est arbitraire. Il n’empêche : n’y a-t-il pas un intérêt piquant à regarder notre passé sous le prisme de la grille d’un confessionnal ?

Au XVIe siècle et ses guerres de Religion, le péché de colère. Au XVIIe siècle traversé par les ravages du jansénisme, celui de l’orgueil. Au libertinage du XVIIIe siècle, la luxure. La frénésie industrielle et les révolutions égalitaires du XIXe siècle ? Le péché d’envie. Au XXe siècle et son argent-roi, du krach de 29 à la société de consommation, bienvenue dans le siècle de l’avarice. Et si, pour clore cette sombre déclinaison, le péché de paresse était celui du XXIe siècle ? Notre monde en 2024 trouve fatigant le fait d’avoir raison et le relativisme ambiant en apparaît l’aveu terrible : oisiveté dans l’agir comme dans la réflexion. Triste diagnostic.

 

Notre vie, notre histoire

Forts de cet examen de conscience historique, il peut être profitable en ce début de janvier de nous arrêter sur la nôtre. Notre histoire. Notre vie. Nos états d’âme. N’y aurait-il pas une funeste et curieuse façon de voir le monde depuis 1789 ?

Année après année, défaite après défaite, le catholique de conviction n’a-t-il pas pris l’habitude de se plaindre que tout aille mal ? De la virée de Galerne aux collines de Dien-Bien-Phû. Du 6 février 34 aux rassemblements rose et bleu de la Manif pour Tous. Des espoirs déçus aux inexorables plafonds de verre. Que notre famille de pensée ait été vaincue dans l’honneur ou qu’elle se soit trouvée aux portes de la victoire, infidèle ou trahie, divisée ou mal accompagnée, il arrive que certains répètent à l’envi que notre monde craque de toutes parts, qu’il l’a bien mérité et que, finalement, c’est bien fait pour lui.

Vraiment ? Si le présent est incertain, force est de reconnaître surtout que l’espérance n’est pas à la mode ! Nous désintéresserions-nous de l’avenir ? Proposerions-nous donc, comme la République, de le réduire légalement ? Le poison du découragement, le duc d’Audiffret-Pasquier en avait déjà pointé l’origine lors d’une prise de parole à la Chambre, en 1872 : « Nous avez-vous seulement légué des embarras, des douleurs et des désastres ? Non, vous avez fait pire encore. Vous nous avez légué la démoralisation. »

À l’abordage de l’année 2024, il nous appartient donc d’éviter les écueils du pessimisme pour ne pas tomber dans le naufrage du désespoir. Prenons la résolution d’être des veilleurs dans la nuit. Non pas des porteurs d’angoisse mais des livreurs de lumière. Ceux-là qui savent qu’ils ont un trésor à offrir et un patrimoine merveilleux à transmettre.

La courtoisie, qui fonde les bonnes manières. La noblesse, qui incarne la droiture dans le regard et la bienveillance dans les propos. La curiosité, qui donne à l’observation du monde un appétit de la vie et de son Créateur. L’appréciation du silence, propre à la justesse de la réflexion. Le goût de la lecture, qui nous rend reconnaissant, à l’endroit de ceux qui nous ont précédés et qui, avant nous, ont souffert, réfléchi et aimé. La charité intégrale, qui consiste à voir dans son prochain un frère à enrichir du Christ.

Oui : la dissidence des disciples de l’Évangile doit carburer à l’espoir au risque, sinon, de finir par caler !

 

Le temps passe

Chaque 1er janvier donne l’occasion de mesurer, comme l’écrit de façon charmante Pagnol, que « le temps passe, et qu’il fait tourner la roue de la vie comme l’eau celle des moulins ». Mais à quoi sert un moulin si, justement, il n’a rien à donner ? Les meules séculaires de notre foi, nous savons ce qu’elles sont en mesure de produire : l’enracinement contre la société liquide, la complémentarité des sexes face aux dérives d’un féminisme étriqué, la préférence au temps long plutôt que l’apologie du bougisme, la protection des plus faibles en butte à la culture de mort, l’amour des traditions pour mieux se refuser aux déconstructeurs, la défense de la vérité en opposition à la tyrannie des bien-pensants.

Qu’il s’agisse de plaquages dans un match de rugby ou de coups de canon lors d’une bataille navale, l’adversité de la vie nous apprend qu’il importe davantage de donner que de subir. De se donner que de se retenir.

Nous pouvons attendre toute une vie, assis sur le banc de notre tiédeur, que l’amour et l’enthousiasme finissent par arriver, au risque de terminer seul en gare… Le message évangélique nous rappelle que nous ne sommes pas ici-bas pour attendre, mais pour nous consumer. Pas dans ce monde pour nous plaindre qu’il n’ait pas de goût mais pour en être le sel. Plus que de lui donner la leçon, il s’agit de lui donner du feu. Un feu sans artifices.

 


 

  1. Les 7 péchés capitaux, Sébastien Lapaque, Librio, 2007, 384 p., 7€.

 

>> à lire également : Congrès eucharistiques (1/4) : Aux États-Unis, un nouvel élan pour l’adoration missionnaire

Père Danziec

Ce contenu pourrait vous intéresser

Éditorial

Notre quinzaine : L’espérance peut-elle être politique ?

Le Christ, notre véritable espérance, est ressuscité. Alléluia ! Nous venons à nouveau de proclamer cette bonne nouvelle qui n’est pas seulement celle d’un jour et d’une fête, fût-elle la plus grande du calendrier chrétien, mais celle qui rejaillit et irrigue constamment notre vie. Nous ne pouvons pas perdre de vue la finalité ultime d’un vrai combat politique qui est le règne du Christ sur les personnes, les familles et la société. Ne perdons pas courage ! Le but est lointain mais nous devons œuvrer à son avènement car notre espérance se fonde sur le Christ, mort et ressuscité.

+

espérance
ÉditorialDoctrine socialeLettre Reconstruire

Avortement : il est urgent de remonter à la source

Lettre Reconstruire n°34 – Edito | Le lundi 4 mars, le droit à l’avortement est officiellement entré dans la Constitution de la République française. Votée en 1975 comme une dépénalisation et une exception, la loi libéralisant l’avortement s’est muée au fil du temps en un véritable droit positif dont la remise en cause s’est vue de plus en plus entravée. Sans aucun doute, cette défaite pour la vie et pour le militantisme anti-avortement aura des conséquences dans les mois ou les années à venir. Un examen de conscience et une remise en cause des méthodes employées et de la doctrine sur laquelle se fonde ce combat sont nécessaires.

+

constitutionnalisation avortement
ÉditorialBioéthique

Notre quinzaine : La vérité, à temps et à contretemps

Édito du Père Danziec | Dans sa fameuse lettre Que dire à un jeune de vingt ans, Hélie de Saint Marc suggère à son jeune lecteur de « ne pas s’installer dans sa vérité et de vouloir l’asséner comme une certitude »mais lui conseille plutôt de « savoir l’offrir en tremblant comme un mystère ». Permettez-moi, à l’occasion de cet éditorial, de me plier à une rapide étude de la citation d’Hélie de Saint Marc en tentant de l’appliquer au drame de la constitutionnalisation de l’avortement qui fait la couverture de ce numéro.

+

vérité
ÉditorialCarême

Notre quinzaine : La gratuité ou l’amour à l’état pur

Edito du Père Danziec | La correspondance de dates entre la Saint-Valentin le 14 février et le mercredi des Cendres permet de lever le voile sur l’un des défis majeurs de notre époque. Disons-le sans détours : notre monde crève de dureté, de froideur, d’inclémence et d’impiété. Nos contemporains suffoquent chaque jour un peu plus de manque d’amour. Et pourquoi donc ? Parce qu’il réside au fond du cœur de l’homme un immense besoin d’amour. Parce qu’à l’image de Dieu, d’un Dieu qui est amour, l’homme est constitutivement fait pour l’amour.

+

carême amour gratuité
ÉditorialBioéthiqueDoctrine socialeLettre ReconstruireMagistère

Face à l’avortement et à l’euthanasie

Lettre Reconstruire n°33 - Edito | Le thème de la constitutionnalisation de l’avortement en France et le projet de légalisation de l’euthanasie ont réactivé de manière frappante la question de la légitimité d’un État institutionnalisant ces formes de meurtres. Dans son encyclique Evangelium Vitae (25 mars 1995), le pape Jean-Paul II avait abordé ces deux thèmes en les liant justement à la moralité des lois édictées et à leur légitimité. Comme éditorial, nous proposons plusieurs extraits de cette encyclique, hélas toujours d’actualité. 

+

avortement