Statue de l’Ile de Ré : prière et mobilisation

Publié le 27 Jan 2023
statue

© Touche pas à ma statue

A la Flotte-en-Ré, la justice veut déboulonner une statue de la sainte Vierge, sous prétexte qu’il s’agit d’un monument religieux. Ce samedi 28 janvier, deux associations vont prier et manifester à son chevet : « La France prie » et « Touche pas à ma statue ».

 

Après Saint Michel aux Sables d’Olonne, c’est la Sainte Vierge qui fait parler d’elle.

L’une de ses statues est menacée par la justice depuis mars 2022, en vertu de la loi de séparation de l’Eglise et de l’État de 1905. Ce 12 janvier 2023, la figure de la Vierge est revenue au cœur de la polémique : le maire de la Flotte-en-Ré s’est vu enjoindre de déboulonner la statue par la cour administrative de Bordeaux.

Située sur l’Ile de Ré, au carrefour de l’avenue du 8 mai 1945 et de celle des vieux moulins, cette statue date de 1945 et a pour origine le retour en bonne santé d’un père et son fils dans leur famille à la fin de la seconde guerre mondiale. Offerte à la ville, elle a ensuite quitté le jardin familial pour s’installer à sa place actuelle.

Ce samedi 28 février, deux collectifs se mobilisent pour défendre leur mère du Ciel.

Un chapelet en l’honneur de la sainte Vierge

« La France prie » organise le chapelet qui sera récité à 13h au pied de la statue. Cette initiative de laïcs catholiques s’étend à toute la France et a pour but de mettre notre pays sous le regard de la Sainte Vierge afin qu’il retrouve la paix et le respect du droit naturel. À la Flotte-en-Ré, le chapelet sera récité « en réparation pour les outrages faits au Cœur Immaculé de Marie ».

Les intentions de prières seront nombreuses : « Nous prierons la Sainte Vierge de prendre sous sa protection la France, ses habitants, ses élus, en particulier ceux de l’Ile de Ré. Nous prierons pour la conversion des anticléricaux et des juges. Enfin, nous demanderons à la Sainte Vierge d’aider la mairie de la Flotte à trouver une solution afin de ne pas déplacer sa statue ». Ce chapelet public est déclaré à la mairie, et le vicaire de l’Ile de Ré sera présent.

Une action de « Touche pas à ma statue »

Déjà mobilisée en février 2022 devant la statue de la sainte Vierge, au moment où celle-ci était attaquée par « La Libre Pensée », l’association « Touche pas à ma statue » donne à nouveau rendez-vous à tous ce samedi 28 janvier, à 14h.

Baudouin Haulaf, président de « Touche pas à ma statue », nous a livré son message :

Marguerite Aubry

Marguerite Aubry

Ce contenu pourrait vous intéresser

SociétéLectures

L’inégalité, un outil de civilisation ?

Entretien | Juriste et historien, Jean-Louis Harouel s’attaque dans un livre récemment paru au mythe de l’égalité. Il postule que cette « passion laide » contemporaine, destructrice de la famille, entre autres, ne sert en rien les intérêts d’une population, en montrant que seule l’inégalité, créatrice de richesses, encourage la production et par là-même augmente le niveau de vie et conditionne le progrès moral et scientifique. Entretien avec Jean-Louis Harouel sur son livre Les Mensonges de l’égalité. Ce mal qui ronge la France et l’Occident.

+

égalité mythe
SociétéEglise de France

Pandémie : un avant-goût de la restriction des libertés fondamentales ?

Entretien | Le colloque « Pandémie, Droit et Cultes » s’est tenu à Paris en mars 2022. Ses actes rappellent qu’entre 2020 et 2022, les prérogatives de l’État ont été augmentées de manière extraordinaire au détriment des libertés essentielles, dans un renversement complet de la hiérarchie des biens. Une situation dangereuse qui pourrait bien se reproduire sous des prétextes variés. Entretien avec Guillaume Drago, co-organisateur du colloque et professeur de droit public à l’université de Paris-Panthéon-Assas.

+

pandémie liberté de culte
SociétéBioéthique

Fraternité et euthanasie : un débat sciemment faussé

Faisant droit aux revendications anciennes et répétées de certaines associations, le président Macron vient d’annoncer une loi sur l’euthanasie. Mais en usant d’un registre lexical détourné qui évoque l'« aide à mourir », l’autonomie de l’individu, les « conditions strictes » et la « fraternité »... Toutes expressions trahissent le sophisme, l’influence des officines francs-maçonnes, la solution miraculeuse aux déficits et surtout la crainte d’un vrai débat.

+

fraternité euthanasie
SociétéBioéthique

50 ans de résistance à l’avortement (3/3) : Combat contre l’avortement et transition postdémocratique

Question disputée | Combattre à temps et à contretemps en faveur de la vie humaine, de sa conception à sa mort naturelle, est une urgence née des lois mortifères mises en place par un système politique qui, loin d'être neutre, a rompu dès ses origines avec les exigences de la loi naturelle. Dès lors, n'est-il pas nécessaire de finaliser ce combat particulier en l'insérant dans une perspective plus large ?

+

AdobeStock 417378513 avortement