Un Hors-Série exceptionnel sur l’islam !

Publié le 14 Fév 2019
Un Hors-Série exceptionnel sur l'islam ! L'Homme Nouveau

L’islam progresse, en France comme ailleurs, rien ne semble arrêter sa marche inexorable. Des questions nous assaillent et nous peinons à trouver les autorités compétentes pour nous répondre. Face à ce constat L’Homme Nouveau publie un Hors-Série exceptionnel : L’Islam face au christianisme. Aidés de Marie-Thérèse Urvoy et d’une équipe de spécialistes nous vous proposons de plonger dans la compréhension de cette religion en pleine expansion. Ce n’est pas simplement l’Islam qui est analysé dans ce 34Hors-Série, mais aussi ses relations avec le christianisme. Si pour combattre un ennemi il faut le connaître, L’Homme Nouveau vous propose les armes du savoir !

Incompréhensions ?

On le clame partout. Pour s’en inquiéter ou pour s’en réjouir : l’islam est devenu la deuxième religion de France. À vrai dire, les chiffres certains, indiscutables manquent. En France, la religion est considérée officiellement comme une affaire privée, à l’abri des consciences personnelles, du ressort des convictions intimes. De ce fait, les recensements publics ne peuvent s’y intéresser. La case « religion » n’existant pas, il est impossible de la prendre en compte. Même quand la réalité évolue et que le fait religieux, que l’on croyait à jamais enterré ou du moins jugulé, se réinvite sans crier gare à la faveur des évolutions géopolitiques et des mutations sociales !

Manque de chance, l’islam ignore la frontière toute moderne qui renverrait Dieu et les actes de religion dans la sphère du seul for interne sans conséquences dans le domaine public.

Mauvaise route

En 1908, dans un livre qui secouait déjà le joug de l’intelligentsia du moment, l’écrivain anglais Chesterton avait évoqué les vertus chrétiennes devenues folles. Il voulait montrer qu’en isolant l’une d’elles, on risquait de déséquilibrer l’ensemble et, le déséqui­librant, de le déformer. Mais, aujourd’hui, il faut aller plus loin. Chrétiens ou laïcs militants, nous abordons tous la religion de Mahomet avec les lunettes de la civilisation chrétienne, que nous nous en reconnais­sions ou non les héritiers. En appliquant à la réalité de l’islam une vision chrétienne de ce qu’est une religion, nous risquons tout simplement de faire fausse (et mauvaise) route. D’où cette tautologie à rappeler, au risque d’enfoncer une porte ouverte : l’islam n’est pas le christianisme. Pour évidente que l’affirmation apparaisse, elle entraîne pourtant des conséquences qui semblent nous échapper trop souvent.

L’appel à des experts

C’est de cette intuition que nous sommes partis. Nous ne sommes pas des spécialistes de l’islam. Nous ne parlons pas l’arabe et nous ne pouvons pas lire le Coran dans cette langue. De ce fait, l’islam comme religion et l’islam comme civilisation nous échappent pour une grande part. Pour vérifier notre intuition, nous nous sommes donc tournés vers Marie-Thérèse et Dominique Urvoy, qui ont consacré leur vie universitaire à l’étude poussée de l’islam. Autour d’eux, plusieurs spécialistes français et étrangers ont été réunis pour aborder la question des rapports entre le christianisme et l’islam ou de thèmes connexes. 

De niveau universitaire, ces contributions ont été réalisées en toute liberté par chacun des intervenants. Elles n’engagent dans leur conclusion que leur signataire. Leur lecture peut nécessiter plus ou moins d’effort, mais toutes sont le fruit d’un travail abordé dans le cadre d’une spécialité maîtrisée. Sans nier l’intérêt d’autres approches, ni d’autres compé­tences, nous avons voulu prendre le parti de la démarche universitaire pour aborder une thématique exigeante, complexe et remplie de chausse-trappes.

Nous sommes ici particulièrement redevables à Marie-Thérèse Urvoy pour son aide et ses conseils. Sans elle, ce hors-série n’existerait tout simplement pas.     

Couverture HS ISLAM

Retrouvez notre Hors-Série en vente dans notre boutique au prix de 8€.      

Ce contenu pourrait vous intéresser

ÉditorialLiturgie

Notre quinzaine : Rester, non pas dans le coup, mais dans le cœur !

Édito du Père Danziec | Tel est le principe du cycle, une continuation, sans arrêt et circulaire, dont le centre est Dieu. En ce mois de juin, comme l’an passé, et l’année qui lui était précédente, et les autres encore qui leur étaient antérieures, et ce depuis des siècles, l’Église militante de la terre invite une nouvelle fois les fidèles à se tourner vers le Sacré Cœur de Jésus. Un cœur source de vie pour nos âmes en manque de palpitations.

+

sacré cœur
Éditorial

Notre quinzaine : « Mon vieux, je suis un homme nouveau »…

Édito de Philippe Maxence | Cette année encore, le pèlerinage de Notre-Dame de chrétienté qui s’est déroulé à la Pentecôte a rencontré un véritable succès avec plus de 18 000 pèlerins inscrits. Des jeunes, beaucoup de jeunes mais aussi des familles réunissant les parents et les enfants, voire parfois les grands-parents. À son ami Joseph Lotte, Péguy avait déclaré : « Mon vieux, je suis un homme nouveau. J’ai tant souffert et tant prié, tu ne peux pas savoir. (…) J’ai fait un pèlerinage à Chartres, 144 kilomètres en trois jours... » Au XXe siècle, Péguy représente la réalisation de la parole évangélique : « Si le grain de blé ne tombe en terre et ne meurt, il reste seul, mais s’il meurt, il porte beaucoup de fruits » (Jn, 12, 24). 

+

homme nouveau Chartres
ÉditorialEglise de France

Notre quinzaine : Catholiques, un point c’est tout !

Édito du Père Danziec | Ils viennent de partout mais ils ne vont pas nulle part. Ils marchent ensemble, dans la même direction. Leur rayonnement subjugue et l’organisation qui les entoure impressionne. Ils sont de tous les âges et de toutes les conditions. Ils s’agenouillent ensemble et partagent le même Credo. Ils sont pèlerins de Chartres, marcheurs de Dieu et témoins de chrétienté. Ils sont catholiques. Tout simplement catholiques. Non des catholiques à part mais des catholiques à part entière, aspirant bonnement à le devenir toujours plus intégralement, la grâce de Dieu aidant.

+

catholiques Chartres
ÉditorialChrétiens dans le monde

Le Vietnam catholique après Diên Biên Phu (2/3) : Une réappropriation progressive du clergé vietnamien

Dossier « Le Vietnam catholique après Diên Biên Phu » 2/3 | Comment les soubresauts de la décolonisation ont-ils affecté l’Église du Vietnam ? Désireuse de maintenir une distinction essentielle entre colonisation et mission et de faire émerger de véritables communautés catholiques locales, Rome avait en fait pris soin très tôt de former et d’émanciper un clergé indigène pour remplacer les missionnaires occidentaux.

+

vietnam clergé
Éditorial

Notre quinzaine : Vertu de piété ou nostalgie ? 

On a beaucoup reproché à nos compatriotes de se complaire dans la commémoration des défaites de la France. Dans le souvenir de Diên Biên Phu, il ne s’agit pas tant d’entretenir aujourd’hui la nostalgie d’une époque révolue que de se placer dans la perspective de la vertu de piété naturelle dont on rappellera ici en passant qu’elle est annexe à la vertu de justice et qu’elle nous permet de rendre imparfaitement ce que nous devons à nos parents et à notre pays. Le devoir de piété relève des premiers principes de la loi naturelle et trouve une expression synthétisée dans le quatrième commandement du Décalogue.

+

Diên Biên Phu piété naturelle
ÉditorialDoctrine socialeLettre Reconstruire

Subsidiarité et bien commun

Édito de la Lettre Reconstruire n°35 | Ce nouveau numéro de Reconstruire continue, à travers la rubrique « Questions de principe », à aborder l’enseignement pontifical à propos de la subsidiarité. Formulé scientifiquement par Pie XI, mais déjà présent chez Léon XIII, le principe de subsidiarité n’a cessé de prendre une place grandissante dans le corpus social catholique. Au point, comme nous le soulignons dans ce même numéro, d’être introduit indirectement dans le nouveau Code de droit canonique (1983) et donc dans la vie de l’Église elle-même.

+

subsidiarité bien commun