Un nouveau numéro… Qu’en dites-vous ?

Publié le 31 Août 2018
Un nouveau numéro…   Qu’en dites-vous ? L'Homme Nouveau

[Vous pouvez lire ici l’éditorial d’Adélaïde Pouchol pour notre numéro d’été, en date du 4 août 2018, un numéro spécial que vous pouvez exceptionnellement feuilleter en ligne]

Vous tenez dans les mains un numéro de L’Homme Nouveau qui ne ressemble à aucun autre. D’ordinaire, vous recevez chaque été un hors-série au lieu du journal mais, pour ce mois d’août, place à une publication un peu différente ! 

Depuis sa fondation en 1946, L’Homme Nouveau a vu changer plusieurs fois sa maquette, le nombre de ses pages ou même son logo. Non que nous pensions que pour répondre vraiment à sa mission L’Homme Nouveau doive sans cesse être nouveau mais parce que nous nous plaisons à penser qu’il est toujours possible de faire mieux : plus clair, plus intéressant, plus esthétique aussi, non par goût du changement mais par goût du travail bien fait. 

L’Homme Nouveau serait-il plus agréable à lire, plus maniable aussi, dans un format magazine ? C’est une question que nous nous sommes posée plusieurs fois et, pour y répondre, il valait mieux le faire plutôt que de se contenter de l’imaginer.

Pendant plusieurs semaines, nous avons travaillé ce numéro d’été et sa maquette avec un objectif : garder le fond et changer la forme, ou plutôt changer la forme pour qu’elle rende plus lisible le fond. Vous y retrouverez donc l’organisation générale du bimensuel auquel vous êtes habitués, structuré autour des pages de Décryptage, du Dossier, de la Culture et de la Vie chrétienne. Pour autant, certains des chroniqueurs réguliers de L’Homme Nouveau n’y figurent pas, non qu’ils n’aient plus leur place dans ce nouveau format mais parce qu’ils profitent d’un repos bien mérité. Vous les retrouverez tous, fidèles au poste, dès la rentrée. Enfin, L’Homme Nouveau a toujours fait de son rythme de parution bimensuel l’une de ses forces puisqu’il permet de suivre l’actualité sans pour autant se perdre dans la frénésie du scoop, de l’immédiat, de l’analyse à chaud. C’est encore plus vrai pour ce numéro que nous avons bouclé avant que L’Homme Nouveau ne ferme ses portes pour les vacances d’été. L’approche est donc plus intemporelle et cela tombe décidément très bien pour tous ceux qui souhaitent que l’été soit un temps pour prendre le temps, justement, pour échapper à la frénésie ambiante et au flux continu d’informations. 

Ce nouveau format de L’Homme Nouveau n’est pas définitif, un tel changement représente de nombreuses heures de travail, la recherche éventuelle de nouveaux prestataires pour l’impression et un investissement financier que nous serions bien imprudents d’engager sans être assurés qu’il représente une réelle amélioration. Le journal de cet été était une surprise – bonne, nous l’espérons – que nous avions hâte de vous montrer mais surtout un test, une proposition que nous vous soumettons. 

C’est pourquoi vous trouverez à la fin de ce numéro (cf. p. 57) un questionnaire par lequel nous vous invitons à nous donner votre avis [vous aurez un accès direct en cliquant sur le lien]. Nous vous serions très reconnaissants de prendre le temps de le remplir et de nous le retourner. Notre époque est friande de sondages et, une fois n’est pas coutume, L’Homme Nouveau se met au goût du jour… Mais, si les instituts de sondage et les politiques ou grands médias qui les sollicitent aiment à juger de broutilles telles que la nature du mariage ou de la légitimité d’achever une personne en fin de vie en deux ou trois questions, nous restons fidèles à notre goût pour les textes longs et les pages bien remplies. Le questionnaire, donc, ne se résume pas à une ou deux questions mais ne devrait pas vous prendre beaucoup de temps malgré tout. 

Autre infidélité clairement préméditée aux coutumes de notre époque : nous n’avons pas l’intention de prétendre que votre avis nous intéresse puis de conclure, si vos retours ne sont pas ceux que nous espérions, que le sondage a été noyauté par des militants de la « Manif pour tous » et qu’il est, à ce titre, insignifiant, puisque tel est désormais le principal argument avancé lorsque les personnes interrogées ne répondent pas ce qu’on aurait bien voulu qu’elles répondent. 

Nous vous remercions de votre fidélité et de votre soutien et avons hâte de vous lire ! 

Ce contenu pourrait vous intéresser

ÉditorialLiturgie

Notre quinzaine : Rester, non pas dans le coup, mais dans le cœur !

Édito du Père Danziec | Tel est le principe du cycle, une continuation, sans arrêt et circulaire, dont le centre est Dieu. En ce mois de juin, comme l’an passé, et l’année qui lui était précédente, et les autres encore qui leur étaient antérieures, et ce depuis des siècles, l’Église militante de la terre invite une nouvelle fois les fidèles à se tourner vers le Sacré Cœur de Jésus. Un cœur source de vie pour nos âmes en manque de palpitations.

+

sacré cœur
Éditorial

Notre quinzaine : « Mon vieux, je suis un homme nouveau »…

Édito de Philippe Maxence | Cette année encore, le pèlerinage de Notre-Dame de chrétienté qui s’est déroulé à la Pentecôte a rencontré un véritable succès avec plus de 18 000 pèlerins inscrits. Des jeunes, beaucoup de jeunes mais aussi des familles réunissant les parents et les enfants, voire parfois les grands-parents. À son ami Joseph Lotte, Péguy avait déclaré : « Mon vieux, je suis un homme nouveau. J’ai tant souffert et tant prié, tu ne peux pas savoir. (…) J’ai fait un pèlerinage à Chartres, 144 kilomètres en trois jours... » Au XXe siècle, Péguy représente la réalisation de la parole évangélique : « Si le grain de blé ne tombe en terre et ne meurt, il reste seul, mais s’il meurt, il porte beaucoup de fruits » (Jn, 12, 24). 

+

homme nouveau Chartres
ÉditorialEglise de France

Notre quinzaine : Catholiques, un point c’est tout !

Édito du Père Danziec | Ils viennent de partout mais ils ne vont pas nulle part. Ils marchent ensemble, dans la même direction. Leur rayonnement subjugue et l’organisation qui les entoure impressionne. Ils sont de tous les âges et de toutes les conditions. Ils s’agenouillent ensemble et partagent le même Credo. Ils sont pèlerins de Chartres, marcheurs de Dieu et témoins de chrétienté. Ils sont catholiques. Tout simplement catholiques. Non des catholiques à part mais des catholiques à part entière, aspirant bonnement à le devenir toujours plus intégralement, la grâce de Dieu aidant.

+

catholiques Chartres
ÉditorialChrétiens dans le monde

Le Vietnam catholique après Diên Biên Phu (2/3) : Une réappropriation progressive du clergé vietnamien

Dossier « Le Vietnam catholique après Diên Biên Phu » 2/3 | Comment les soubresauts de la décolonisation ont-ils affecté l’Église du Vietnam ? Désireuse de maintenir une distinction essentielle entre colonisation et mission et de faire émerger de véritables communautés catholiques locales, Rome avait en fait pris soin très tôt de former et d’émanciper un clergé indigène pour remplacer les missionnaires occidentaux.

+

vietnam clergé
Éditorial

Notre quinzaine : Vertu de piété ou nostalgie ? 

On a beaucoup reproché à nos compatriotes de se complaire dans la commémoration des défaites de la France. Dans le souvenir de Diên Biên Phu, il ne s’agit pas tant d’entretenir aujourd’hui la nostalgie d’une époque révolue que de se placer dans la perspective de la vertu de piété naturelle dont on rappellera ici en passant qu’elle est annexe à la vertu de justice et qu’elle nous permet de rendre imparfaitement ce que nous devons à nos parents et à notre pays. Le devoir de piété relève des premiers principes de la loi naturelle et trouve une expression synthétisée dans le quatrième commandement du Décalogue.

+

Diên Biên Phu piété naturelle
ÉditorialDoctrine socialeLettre Reconstruire

Subsidiarité et bien commun

Édito de la Lettre Reconstruire n°35 | Ce nouveau numéro de Reconstruire continue, à travers la rubrique « Questions de principe », à aborder l’enseignement pontifical à propos de la subsidiarité. Formulé scientifiquement par Pie XI, mais déjà présent chez Léon XIII, le principe de subsidiarité n’a cessé de prendre une place grandissante dans le corpus social catholique. Au point, comme nous le soulignons dans ce même numéro, d’être introduit indirectement dans le nouveau Code de droit canonique (1983) et donc dans la vie de l’Église elle-même.

+

subsidiarité bien commun