Un réel souci de la vérité et de la beauté

Publié le 10 Jan 2023
verite

Au début de son pontificat, Benoît XVI remarquait : « Après le grand pape Jean-Paul II, Messieurs les Cardinaux m’ont élu, moi, un simple et humble travailleur dans la vigne du Seigneur. » De fait, c’est bien un travailleur que Dieu avait choisi, « intelligent comme dix professeurs et pieux comme un premier communiant », selon son ami le cardinal Meisner. En Benoît XVI, il était aisé de discerner l’homme de Dieu qui rayonnait la bonté à travers un regard pur et une parole lumineuse. Les journées liturgiques de 2001 à l’abbaye avaient été déjà l’occasion de rencontrer le vrai visage de Joseph Ratzinger. Benoît XVI était et demeurera pour beaucoup l’ami de Dieu et l’ami des hommes. La devise de son pontificat… celle de sa vie, « Coopérateurs de la Vérité », rend compte de son service en tant que préfet de la Congrégation pour la Doctrine de la foi et comme successeur de Pierre. Le service de la vérité implique toujours une tension. La vérité sans miséricorde est dureté, mais la miséricorde sans vérité est faiblesse. La quête d’une vraie paix exige la rencontre, l’affrontement parfois de la vérité. Faire la vérité est exigeant. Le pape Benoît a su tenir la ligne de crête. Pragmatique, il était loin d’être le serviteur d’une idéologie. Il était libre de la liberté des grands esprits. La souffrance a marqué les années de son service sur la chaire de Pierre alors qu’éclataient divers scandales touchant la moralité des hommes d’Église. Soulignons qu’il a été le premier à prendre des mesures énergiques contre les abus. Sa pensée a été déformée, repoussée, comme lors de son plaidoyer pour une juste herméneutique du concile Vatican II, ou encore à l’occasion de la publication du motu proprio Summorum Pontificum. Benoît XVI avait un réel souci de la vérité et de la beauté, simplement parce que Dieu est Dieu et par amour de l’Église. J’ai eu la grâce d’une rencontre avec le pape Benoît en compagnie du père abbé dom Antoine Forgeot, mon prédécesseur, et cela seulement quelques semaines après avoir reçu la bénédiction abbatiale. Ce fut un moment émouvant. Alors que nous étions à quelques mètres de lui, le Saint-Père a reconnu le père abbé Antoine. Avec joie et simplicité, il s’est exclamé : « Fontgombault ! » Après que le père abbé Antoine lui eut présenté le nouveau père abbé, le pape Benoît, prenant mes…

Pour continuer à lire cet article
et de nombreux autres

Abonnez-vous dès à présent

Dom Jean Pateau, Père Abbé de l'abbaye Notre-Dame de Fontgombault +

Ce contenu pourrait vous intéresser

Eglise

Mobilisation à Quimper : les fidèles attendent que la porte de l’évêque s’ouvre

Ce dimanche 16 juin, 350 catholiques fidèles au rite tridentin ont manifesté dans les rues de Quimper. Arborant des drapeaux bretons, des bannières, et entonnant des cantiques traditionnels accompagnés de sonneurs, ils se sont rassemblés à 15 h sur le parvis de la cathédrale Saint-Corentin. Cette manifestation visait à protester contre les décisions de Monseigneur Dognin, évêque de Quimper et Léon, prises le 19 mai, qui affectent les fidèles du diocèse attachés à la liturgie traditionnelle, notamment l'expulsion des prêtres de la Fraternité Sacerdotale Saint-Pierre. 

+

Capture decran 2024 06 17 153242 quimper
EglisePhilosophie

La vérité des paraboles ?

C'est logique ! de Bruno Couillaud | Nos politiques, journalistes et maîtres à penser du moment maîtrisent l’art de la communication, bien souvent pour répandre une idéologie ou travestir la vérité. Le Christ, lui, usait de courtes histoires, paraboles simples et tirées de la vie quotidienne pour que ses auditeurs se rapprochent du Royaume des Cieux. Mais pour quelles raisons ?

+

paraboles