Au cœur de l’Église, la consécration virginale féminine, vocation à l’amour

Publié le 13 Août 2023
consécration virginale

C’est au regard de la figure de la Vierge Marie, modèle d’entre les modèles, que la sainteté personnelle de la femme doit être appréhendée. À son image, elle doit épouser le Christ. La vierge consacrée le réalise plus directement, plus parfaitement encore : donnée totalement à Dieu, elle réalise déjà, ici-bas, les noces mystiques perpétuelles du Christ et de l’Église. Son ministère est singulier et nécessaire.   « Sic nos amantem quis non redamaret ? » : « Qui n’aimerait en retour Celui qui nous aime ainsi ? » Ce cri de l’Adeste fideles, chant approprié au temps de Noël, où l’Église, extasiée devant le berceau d’un Dieu devenu par amour tout petit enfant, selon l’expression de saint Jérôme, ne cesse de rendre grâces pour la kénose du Verbe, pourrait résumer toute la vocation humaine, retour d’amour envers Celui qui nous a aimés le premier. Car n’étant pas pélagiens, nous savons que tout est grâce, que Dieu est toujours à l’origine de tout, même du premier mouvement que nous pouvons avoir vers lui. Toute âme est épouse Redamare, rendre amour pour amour, c’est la vocation des saints, celle de toute âme baptisée en qui l’Église est épouse du Christ. Jésus s’est défini lui-même comme Époux (Mt, 9, 15) et toute âme est appelée à cette relation sponsale. Saint Jean-Paul II le rappelait : « Tous les êtres humains, les hommes comme les femmes, sont appelés à être l’épouse du Christ […]. Ainsi le fait d’être “épouse”, et donc le “féminin”, devient le symbole de toute l’humanité » (1). De fait, la Bible montre que toute l’histoire de l’homme depuis les origines peut se résumer en termes d’alliance, de relation sponsale entre le Créateur et la création, entre Yahvé et Israël, entre l’homme et Dieu. Il reste que la femme vivra ce mariage spirituel d’une manière différente de l’homme. Et cette sainteté personnelle de la femme peut être appréhendée au regard de la figure absolue de la Vierge Marie, modèle accompli d’humanité, de féminité, de sainteté. La consécration virginale, privilège féminin Tous les saints certes sont centrés sur le Christ, unique Sauveur et médiateur de salut. Il n’est que de lire les pages de Thérèse d’Avila sur le « Bon Jésus » et la nécessaire médiation de son humanité sainte dont des guides mal éclairés avaient voulu l’éloigner au profit d’une spiritualité plus éthérée. « L’humanité de Notre Seigneur est la porte nécessaire » (2), écrit-elle. Mais chez la femme, et spécialement celle qui a…

Pour continuer à lire cet article
et de nombreux autres

Abonnez-vous dès à présent

Mère Dominique Rose

Ce contenu pourrait vous intéresser

A la uneEgliseSynode sur la synodalité

La synodalité dans la tourmente

Le cardinal Mario Grech, secrétaire général du Synode des évêques depuis 2019, se confiait le mois dernier sur le synode et les intentions du Pape pour ce dernier. Il s'est notamment exprimé sur les couples homosexuels et le diaconat féminin, rappelant l'attachement du pape François à la théologie du peuple.

+

synod
A la uneEgliseLiturgie

Pour la liberté entière de la liturgie traditionnelle, en vue du redressement de l’Église

Jean-Pierre Maugendre, Directeur général de Renaissance catholique, propose une campagne internationale pour la liberté entière de la liturgie traditionnelle. Malgré la déchristianisation croissante de la société et la crise de l'Église, il rappelle que celle-ci peut renaître par le biais de la liturgie traditionnelle, dont la sûreté doctrinale et la transcendance ont sanctifié ceux qui nous ont précédés pendant des siècles, et contribuent encore à de nombreuses conversions. À condition de lui redonner une liberté pleine et entière, et non pas seulement une tolérance restrictive. 

+

liturgie traditionnelle
ChroniquesEgliseLiturgie

La Pause liturgique : Sanctus 5, Messe Magnæ Deus potentiæ (Mémoires des Saints)

Ce Sanctus du 4e mode a quelque chose de mystique et de majestueux, dans sa simplicité. Il alterne heureusement les formules neumatiques et les passages syllabiques, les progressions par degrés conjoints et les intervalles de tierce, de quarte ou même de quinte, les élans vers l’aigu et les détentes vers le grave. Ce Sanctus a la particularité de n’être représenté que par une seule source manuscrite, allemande, datée de la toute fin du XIIe siècle.

+

sanctus
A la uneEgliseLiturgie

Confirmation : La chrismation chez les Orientaux (3/3)

Dossier : « Quelle place faut-il donner à la confirmation ? » 3/3 | Le sacrement de confirmation est conféré d’une façon bien différente dans les rites orientaux où il est n’est pas séparé du baptême. La cérémonie, proche de ce qui se faisait en Occident aux premiers siècles, revêt donc une forme spécifique et est accompagnée de prières faisant abondamment référence au baptême du Christ.

+

chrismation confirmation