À l’exemple des Mages, rechercher et adorer Dieu

Publié le 17 Jan 2024
mages épiphanie
Le pape François a développé le modèle des Mages lors de son homélie pour la messe de l’Épiphanie, comme aimait le faire Benoît XVI. Il a rappelé de garder son regard et son cœur tournés vers Dieu, tout en restant présent dans le monde, pour y annoncer la vérité.

 

La fête de l’Épiphanie était particulièrement goûtée par Benoît XVI, qui aimait donner les mages comme modèles. Foi, esprit missionnaire et humilité étaient les caractéristiques de ces princes d’Orient. Dans le deuxième tome de son Jésus de Nazareth et lors de plusieurs homélies, il avait déjà insisté sur ce dernier point. La science ne suffit pas, il faut la sainteté et il n’y a pas de sainteté sans humilité.

Benoît XVI aimait aussi souligner, lors de cette fête, quelques thèmes qui lui étaient chers. La fête de l’Épiphanie est bien sûr remplie de lumière ; or la lumière fait découvrir la vérité. Le Christ est précisément lumière des nations parce qu’il est la Vérité même. C’est pourquoi tout chrétien doit proclamer la vraie foi de l’Église, sans tenir compte de l’opinion des hommes et sachant bien qu’à l’image de son Maître il sera toujours un signe de contradiction. Prêcher l’Évangile sera toujours la première tâche de tout chrétien.

 

Rechercher la sainteté

Dons son homélie pour la messe de l’Épiphanie, le pape François reprend les grandes idées classiques de Benoît XVI, en y apportant les caractéristiques propres de sa spiritualité, développée comme toujours autour de trois thèmes principaux : les mages ont le regard tourné vers le ciel, les pieds qui marchent sur terre et le cœur prosterné en adoration. Développons un peu cela.

Tout d’abord, les mages regardent vers le ciel. On a beaucoup discuté sur l’identité des mages. Des rois ? Des savants ? Des astrologues ? Probablement tout cela. En tout cas, dans la contemplation de l’infinité du ciel, attirés qu’ils étaient par les astres, ils se sont habitués à la contemplation de la création et par là du Créateur. Ils ne restent donc pas terre à terre et repliés sur eux-mêmes, résignés sur une vie absurde et se plaignant sans cesse. Non, ils regardent vers le haut, appliquant magnifiquement la demande du début de la Préface : Sursum corda ! Haut les cœurs. Ainsi, purent-ils voir l’existence d’une étoile extraordinaire, qui les mit en route.

Cela nous donne une grande leçon. Il ne faut pas s’enfermer dans le périmètre de notre moi et de son environnement étroit, terrestre et caduc. Nous devons regarder vers le haut, regarder l’étoile, symbole du feu qui doit brûler en nous, pour nous faire parvenir aux cimes de l’amitié avec Jésus et donc de la sainteté. Cette étoile, c’est le Seigneur, et c’est lui qui doit être le guide de notre vie et non pas nous-mêmes, nos idées ou nos projets à courte vue. Jésus étoile nous donnera la force de surmonter tous les obstacles, toujours joyeux de vivre en communion et dans la concorde avec nos frères.

 

Les Mages, pèlerins vers Dieu

Mais il ne suffit pas de voir l’étoile. Il faut se mettre en marche avec Jésus pour arriver à la Jérusalem céleste. Mais attention ! Si les pieds doivent être en marche, c’est pour la recherche de Dieu et de la contemplation. Et notre recherche, comme celle des mages, doit aboutir à la mangeoire de Bethléem, qui annonce toujours le Calvaire. Dans les deux cas, l’infiniment grand s’est fait infiniment petit et il nous faut le don de sagesse, avec une assistance spéciale du Saint-Esprit pour comprendre la grandeur de l’humilité, la grandeur de la manifestation de Dieu dans la petitesse.

Dernier point enfin. Il ne faut pas s’arrêter là. Il faut, comme les mages, quand nous avons découvert Jésus et sa Mère dans la crèche, se prosterner et adorer, en offrant à Dieu nos propres dons, symbolisés par ceux des mages : l’or, l’encens et la myrrhe. Nous devons adorer ce Dieu, qui s’étant fait homme est venu en ce monde, non pas pour être servi, mais pour servir. Que le Seigneur, par sa sainte Mère, nous donne la grâce de savoir adorer.

 

>> à lire également : Marche pour la Vie 2024 : « Notre collectif est plein d’espérance en voyant tous ces jeunes se mobiliser aussi nombreux »

Un moine de Triors

Ce contenu pourrait vous intéresser

A la uneEgliseSpiritualité

Réception des sacrements, une question de Salut (2/4)

Dossier « Faisons-nous bon usage des sacrements ? » 2/4 | Prêtre du diocèse de Nanterre, l'abbé Thibaud Guespereau a codirigé chez Artège l'ouvrage intitulé Les Sacrements en question, dans lequel il s’interroge sur le peu de fruits que semblent produire les sacrements. Une question grave qui selon lui devrait conduire à s’interroger sur la pastorale, l’enseignement des fins dernières et le rôle du prêtre.

+

sacrement
A la uneChroniquesSociété

D’où vient l’autorité que l’on invoque aujourd’hui ?

C'est logique de François-marie Portes | Réagissant à une série de violences graves caractéristiques de la société française contemporaine, Gabriel Attal tentait récemment, sous l’œil des caméras, de démontrer son autorité devant des jeunes promis à un séjour en internat. Un exercice qui n’a pas enté couronné de succès. La notion claire de ce qu’est l’autorité permet de comprendre pourquoi. 

+

autorité auctoritas
Chroniques

L’amour doit remplacer le culte de la Raison

Carte blanche de Judith Cabaud | Depuis le Dieu de l’Ancien Testament qui dicta sa loi humaine et divine à Moïse, les hommes ont trouvé le moyen d’interpréter ces commandements à leur guise. Par des procédés légalistes et juridiques, ils se sont emparés du contrôle de la vie de leurs semblables des mains du Créateur. Cependant, on découvre que tout n’est pas explicable par la raison. À l’heure actuelle, la plus grande qualité de l’Église catholique reste l’humilité et la charité.

+

maires pour le bien commun principes de politique raison
ChroniquesCulture

L’exposition : Revoir Van Eyck, La Vierge du Chancelier Rolin

La Vierge du Chancelier Rolin de Van Eyck, seul tableau du peintre à être conservé au Louvre, sort tout juste de restauration. Le musée lui consacre jusqu'en juin une exposition exceptionnelle, entouré de six autres œuvres de Van Eyck jamais présentées en France, et pour certaines prêtées pour la première fois. 

+

Revoir Van Eyck, La Vierge du Chancelier Rolin