Fiducia Supplicans : les rebondissements d’une déclaration

Publié le 17 Jan 2024
liberté religieuse jubilé bulle
Depuis sa publication en décembre dernier, la déclaration Fiducia Supplicans a provoqué une vague de protestations au sein de l’Église, mais aussi des échanges entre la Curie romaine et les épiscopats pour s’accorder malgré la grave controverse doctrinale ouverte sur les bénédictions des couples, des unions et des personnes en situation « irrégulière » ou ayant un partenaire de même sexe. Retour sur les moments clés.

 

Le 18 décembre 2023 aura sonné comme un coup de tonnerre dans l’Église du monde entier. Pour la première fois, un texte relativise la gravité des unions irrégulières et homosexuelles en autorisant leur bénédiction : « Il est possible de bénir les couples en situation irrégulière et les couples de même sexe, sous une forme qui ne doit pas être fixée rituellement par les autorités ecclésiales, afin de ne pas créer de confusion avec la bénédiction propre au sacrement du mariage. » Il s’agit du document Fiducia supplicans, publié par le Dicastère pour la Doctrine de la Foi. L’argumentation repose essentiellement sur une distinction entre les bénédictions « liturgiques et ritualisées » et les bénédictions « pastorales et spontanées ». 

 

Des réactions partout dans le monde 

La résistance est immédiate, à commencer par le diocèse d’Astana au Kazakhstan, dont la renommée de l’évêque auxiliaire n’est plus à faire : Mgr Schneider, et son archevêque Mgr Peta publient un communiqué dès le 19 décembre. Dans les jours qui suivent, les conférences épiscopales africaines leur emboîtent le pas : Malawi, Togo, Cameroun, Ghana, Rwanda, Burundi, Congo, Kenya, Côte d’Ivoire, Bénin, Mozambique, Zambie et Zimbabwe. Ce continent où certains pays connaissent encore la peine de mort pour les personnes homosexuelles, se scandalise : l’Église bénit des unions qui signent la mort de l’âme.

C’est ainsi que le Symposium des conférences épiscopales en Afrique et à Madagascar (Sceam) émet le 11 janvier une déclaration selon laquelle il rejette les bénédictions de « couples » de même sexe et de couples irréguliers. Seules la conférence des évêques d’Afrique du Nord (Cerna) et l’Afrique du Sud n’ont pas souhaité se joindre au Symposium pour cette déclaration. Le Pape affirme le 13 janvier que Fiducia supplicans ne s’appliquera pas à l’Afrique, à cause de son contexte. 

En France, c’est Mgr Aillet qui lance la réaction avec une note publiée le 29 décembre, suivi le 1er janvier 2024 par les évêques de la province de Rennes. Ils appellent à bénir les personnes individuellement, et non les « couples ». Certains évêques, et notamment Mgr Giraud, archevêque de Sens-Auxerre, tentent au contraire d’expliquer la démarche du Dicastère pour la Doctrine de la Foi.

La Conférence des évêques de France intervient le 10 janvier pour affirmer qu’elle « reçoit cette déclaration comme un encouragement aux pasteurs à bénir généreusement les personnes qui s’adressent à eux en demandant humblement l’aide de Dieu. » La CEF autorise donc la bénédiction des personnes et non des couples, sans pour autant se prononcer sur l’ambiguïté du texte du Dicastère. 

En Europe, si la conférence épiscopale de Hongrie ainsi que 500 prêtres anglais se prononcent contre les bénédictions de tels « couples », l’Église d’Allemagne, de Croatie, du Danemark, de Lituanie, de Belgique, d’Italie, d’Irlande, de Suisse, d’Espagne, d’Écosse, de Finlande, de Slovaquie et de Norvège vont au contraire dans le sens du Pape François.

La Pologne interprète la déclaration en affirmant que les bénédictions peuvent être accordées aux personnes ayant des inclinations homosexuelles mais vivant dans l’abstinence totale. L’Ukraine, en la personne de l’archevêque majeur Sviatoslav Shevchuk, estime que ces bénédictions ne concernent que l’Église latine, et non les Églises catholiques orientales. 

L’Amérique du Sud est divisée : les conférences épiscopales du Brésil, de l’Uruguay et du Pérou s’opposent à ce qui est accepté en Argentine et au Mexique. En Amérique du Nord, Mgr McGrattan, président de la conférence épiscopale des évêques du Canada accueille favorablement Fiducia supplicans. De même pour la conférence des évêques catholiques des États-Unis. Il faut néanmoins noter la réaction de Mgr Chaput, archevêque émérite de Philadelphie, pour qui « l’ambiguïté délibérée ou persistante (…) n’est pas de Dieu». L’Église d’Australie rejette quant à elle la déclaration du Vatican. 

En Asie, les évêques de Hong Kong, de Singapour et des Philippines s’inscrivent dans la démarche du pape François d’ouvrir les bénédictions aux couples irréguliers ou de même sexe. 

Devant une telle levée de boucliers, et plus généralement un tel besoin de chaque évêque d’expliquer la déclaration à ses fidèles, le Vatican s’est vu obligé de clarifier sa déclaration par un nouveau communiqué publié le 4 janvier 2024 : « Nous rédigeons ce communiqué de presse pour aider à clarifier la réception de Fiducia supplicans, tout en recommandant une lecture complète et attentive de la Déclaration pour mieux comprendre le sens de sa proposition. » Malgré les réactions provoquées par ce document, le Dicastère reste ferme sur ses positions en exigeant l’obéissance : « Il est clair qu’il n’y aurait pas de place pour se distancer doctrinalement de cette Déclaration ou pour la considérer comme hérétique, contraire à la Tradition de l’Église ou blasphématoire. » 

 

Dates clefs :  

  • 18 décembre 2023 : publication de Fiducia supplicans 
  • 19 décembre 2023 au 3 janvier 2024 : réactions partout dans le monde 
  • 4 janvier 2024 : publication du Vatican pour clarifier la réception de Fiducia supplicans 
  • 10 janvier : communiqué de la Conférence des évêques de France 
  • 11 janvier : communiqué du Symposium des conférences épiscopales en Afrique et à Madagascar (Sceam) 
  • 13 janvier : Déclaration du Pape selon laquelle Fiducia supplicans ne s’appliquera par au continent africain 

 

>> Retrouvez notre dossier Fiducia Supplicans

Anne Marguet

Ce contenu pourrait vous intéresser

A la uneEglise

L’innovation au service de la foi : une cartographie des messes traditionnelles

Dans le sillage du pèlerinage de Chartres, et à la suite du succès retentissant de la messe organisée par Notre-Dame de Chrétienté, comment trouver la messe Saint-Pie V la plus proche de chez vous ? Cette question, un groupe de fidèles se l’est posée il y a désormais deux ans. Ils se sont alors attelés à une initiative audacieuse : la création d’une cartographie détaillée des messes de Saint Pie V.

+

messes traditionnelles cartographie traditionnelle
A la uneEgliseLiturgie

Pastorale des sacrements : une expérience paroissiale (1/4)

Dossier « Faisons-nous bon usage des sacrements ? » 1/4 | L'abbé Antoine Michel a participé à l'ouvrage Les sacrements en question, en y présentant une initiative originale. Inspiré par un prêtre américain et troublé par le manque de fécondité des sacrements, il a mis en place dans sa paroisse une nouvelle manière d’offrir le baptême et le mariage, en particulier, qui favorise une vraie démarche de foi et de conversion. Entretien.

+

sacrement
A la uneEglise

Le Pape revient-il sur ses dernières décisions ?

La chaine américaine CBS News a diffusé dimanche 19 mai un entretien exclusif avec le pape François au Vatican. Plusieurs extraits ont été publiés ces dernières semaines, révélant des pans d'un entretien consacré aux sujets d'actualité du monde et de l'Église : femmes diacres, bénédictions des couples homosexuels...

+

Capture decran 2024 05 24 a 12.43.53 pape
Eglise

Communautés : oasis ou citadelles ?

L'Essentiel de Joël Hautebert | Tendance de fond ces dernières années, la société paraissant malade ou repoussante à beaucoup, le communautarisme de tout poil prospère. La parution d’un ouvrage de l’abbé Raffray, qui se veut une réponse aux inquiétudes contemporaines, est l'occasion de faire le point sur ce qui pourrait sembler bien tentant à des chrétiens dégoûtés par le monde dans lequel ils vivent et soucieux de se rassembler pour se garder des maladies de l’âme qu’il véhicule.

+

communauté oasis